Cinq start-ups québécoises qui pourraient s'inscrire en Bourse en 2015

Publié le 30/12/2014 à 11:49

Cinq start-ups québécoises qui pourraient s'inscrire en Bourse en 2015

Publié le 30/12/2014 à 11:49

4. LightSpeed

La société fondée par Dax Dasilva en 2005 fait partie de la poignée de nouveaux acteurs qui bouleversent le marché des systèmes de points de vente sur iPad. L’entreprise d'environ 240 employés a obtenu un financement total de 65 millions provenant d’Accel Partners, iNovia Capital et Investissement Québec. Les détaillants qui utilisent son système de points de vente ont traité six milliards en transactions en 2013 et tout indique que ce n’est qu’un début.

Grâce à son acquisition de POSIOS en octobre 2014, Lightspeed a commencé à offrir ses systèmes de points de vente aux bars et aux restaurants, ce qui devrait accélérer sa croissance. Il serait surprenant que Lightspeed s’inscrive à la Bourse dès 2015, mais un appel public à l'épargne fait malgré tout partie du plan de match de son grand patron Dax Dasilva. «Atteindre une valorisation d'un milliard et faire un IPO (même si ça ne fait partie de nos plans à court terme), me paraît tout à fait possible», m’avait-il confié.

5. Luxury Retreats

Fondée en 1999, Luxury Retreats a financé sa croissance à même ses bénéfices jusqu’en 2012, au moment où iNovia Capital y a investi cinq millions de dollars. La valeur de l’entreprise est toutefois difficile à évaluer, même si le magazine Entrepreneur l’a qualifié de société de 100 millions de dollars en 2013. La société établie à Montréal, une sorte d’Airbnb pour les villas de luxe, offre une sélection de quelque 2 000 villas réparties dans quelque 50 destinations. À en croire CrunchBase, la société compte plus de 150 employés. Il est cependant difficile de connaître ses revenus. Si rien ne force son PDG, Joe Poulin, à inscrire en Bourse l’entreprise qu’il a fondée, il faut garder en tête qu'il devra éventuellement permettre à iNovia de réaliser un rendement.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.