Cinq manières de mettre les médias sociaux au service des ressources humaines

Publié le 15/05/2012 à 15:14, mis à jour le 17/05/2012 à 13:44

Cinq manières de mettre les médias sociaux au service des ressources humaines

Publié le 15/05/2012 à 15:14, mis à jour le 17/05/2012 à 13:44

4. Jouer

L’utilisation de jeux dans le milieu de travail, dans un but de formation, d’entraînement ou encore de motivation, n’est pas nouvelle. Cette tendance, qu’on qualifie de «gamification» en anglais, est de plus en plus sociale. Le même engouement pour les jeux sociaux tels FarmVille chez les consommateurs fait ainsi son chemin dans l’industrie des jeux pour entreprises. Pamela Ross a comparé ces jeux, qui peuvent par exemple servir à intégrer les nouveaux employés, à des jeux du monde réels utilisés pour les mêmes raisons. Du reste, la plupart des jeux dits sérieux peuvent intégrer une dimension sociale, que ce soit pour développer le travail d’équipe ou stimuler l’émulation entre employés.

5. Recruter

L’utilisation des médias sociaux durant le processus de recrutement est tellement répandue que je passerai vite sur le sujet. Les recruteurs n’ont plus à se contenter des banques de C.V. et des chasseurs de têtes, puisqu’il est fort à parier que le candidat idéal a un profil sur LinkedIn, qu’il soit ou non en recherche d’emploi. Qui plus est, les réseaux plus généralistes comme Twitter et Facebook permettent de diffuser des offres, tout en permettant aux ressources humaines de réunir plus d’information sur un candidat potentiel.

P.-S. Avant de laisser un commentaire soulignant que les médias sociaux sont une source de perte de temps, lisez le commentaire de Pamela Ross, qui s’est exprimé sur le blocage des médias sociaux dans certaines entreprises : « Il y a des employés qui perdent du temps sur les médias sociaux, mais un employé qui n’est pas productif va toujours trouver le moyen de se livrer à des activités non productives. »

 

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Le système fédéral de crédits compensatoires pour les GES est lancé

Selon les militants écologistes, tout cela n’est qu’un moyen de permettre aux industries de continuer de polluer.

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.