Breather, une sorte d'Airbnb des bureaux, sera lancé en primeur à Montréal

Publié le 10/10/2013 à 09:35, mis à jour le 10/10/2013 à 11:05

Breather, une sorte d'Airbnb des bureaux, sera lancé en primeur à Montréal

Publié le 10/10/2013 à 09:35, mis à jour le 10/10/2013 à 11:05

Julien Smith, pdg de Breather, dans l'un des trois espaces montréalais de l'entreprise. [Photo : Julien Brault]

BLOGUE. La start-up montréalaise Breather lancera son application de réservation de petits bureaux en primeur à Montréal au courant du mois de novembre. Ces espaces en libre-service, que la société qualifie de Breather, devraient pouvoir être réservés pour 10 $ de l'heure. La start-up, qui a obtenu 1,5 million d’investisseurs tels que Real Ventures, Dave McClure et Loïc Le Meur, a pour l’instant aménagé trois de ces espaces à Montréal.


«On se retrouve constamment dans des Starbucks où on achète des cafés dont on n’a pas besoin», explique Julien Smith, pdg de Breather, que j’ai interviewé hier dans un Breather situé sur la rue McGill College. Selon lui, Breather remplira un rôle dont les cafés ont jusqu’alors eu le quasi-monopole, sans pour autant offrir une expérience satisfaisante : celui de lieu pour travailler ou organiser des rencontres.


Le Breather que j’ai visité avait pour avantage d’être silencieux, en plus d’être équipé d’une connexion Wi-Fi, d’une station de recharge pour iPhone et même d’un pot de crayons. De plus, le caractère privé des Breather évite à ceux qui y fixent des rendez-vous professionnels de ne pas reconnaître leur interlocuteur.


L’application que lancera Breather permettra de réserver une plage horaire dans l’espace de son choix, puis devrait se synchroniser directement avec l’agenda du iPhone. Je n’ai pas pu télécharger l’application, mais son interface, que j’ai pu voir sur le téléphone de Julien Smith, semble très intuitif. L’espace que j’ai visité était encore verrouillé à clef, mais le mois prochain, les utilisateurs de Breather devraient pouvoir déverrouiller la porte à partir de l’application, via Bluetooth.


Outre l’espace de la rue McGill College, Breather a aussi un espace à la maison Notman, sur la rue Sherbrooke, et un autre sur la rue Bishop. L’objectif de Julien Smith est d’ouvrir six Breather à Montréal d’ici la fin de l’année, après quoi il compte étendre ses activités à New York, puis à San Francisco.


Le modèle d’affaires de la start-up, qui compte sept employés, ressemble davantage à celui d’Airbnb qu’à celui d’une chaîne d’hotel, malgré le contrôle qu’exerce Breather sur chacun de ses emplacements. En effet, la start-up verse un pourcentage des revenus générés par chaque espace Breather au gestionnaire immobilier qui l’abrite. Ce modèle fait en sorte que les Breather ne sont pas tous identiques et que leurs heures d’ouverture dépendent de celles de chaque immeuble. Tous les espaces sont toutefois aménagés par Caterina Rizzi, co-fondatrice de l’entreprise, qui a autrefois développé la signature visuelle des boutiques Garage.


L’espace que j’ai visité était meublé d’un bureau, de plusieurs chaises et d’un fauteuil de lecture. La pièce comportait plusieurs objets décoratifs, mais ce qui a le plus retenu mon attention, c’est l’abondance de livres, pour la plupart en français, mis à disposition : « Je suis attaché aux livres et je ne suis pas sûr que les librairies en ont encore pour longtemps », explique Julien Smith, lui-même auteur de trois livres.


Les livres, tous choisis par des employés de Breather, ne peuvent toutefois pas être empruntés. Toutefois, Julien Smith aimerait éventuellement transformer les Breather en microlibrairies, en attachant des puces RFID à chacun des livres. Avec de telles puces, les clients de Breather pourraient simplement partir avec le livre de leur choix et son coût serait ajouté à leur facture via l’application.


Le livre qu’a choisi Julien Smith dans le Breather où a eu lieu l’interview : The Dip, de Seth Godin, un livre dont le message principal est que, dans certaines situations, il vaut mieux abandonner. Espérons que Julien Smith ne doive pas se résoudre à suivre le conseil de Seth Godin avec Breather.


 

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Sophie Forest nommée ange investisseur de l'année au Canada

09/11/2017 | Denis Lalonde

Le prix récompense sa «contribution significative à l'évolution de l'investissement providentiel au Canada».

Startups: les pires et les meilleurs moments pour solliciter du capital de risque

04/11/2017 | Sylvain Carle

BLOGUE. Si votre startup a besoin d'argent, est-ce un bon moment pour solliciter un investissement en capital de risque?

Blogues similaires

Comment soutenir la vraie croissance entrepreneuriale

Édition du 11 Novembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est une des remarques les plus éclairantes qu'il m'ait été donné d'entendre depuis un bon moment sur ...

Fuckup Nights Montréal: 3 fuckups, 5 leçons

17/11/2017 | Diane Bérard

BLOGUE.«J'aurais dû être un meilleur partenaire. J'aurais dû dire que ce n'était pas une bonne idée.»

Le secret du pitch parfait enfin dévoilé!

Mis à jour à 06:18 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il faut à la fois informer et mobiliser. Et ce, en s'inspirant des meilleurs publicitaires...