Affaire Oasis : Michelle Blanc minimise l'impact des médias sociaux

Publié le 11/04/2012 à 11:17, mis à jour le 11/04/2012 à 16:47

Affaire Oasis : Michelle Blanc minimise l'impact des médias sociaux

Publié le 11/04/2012 à 11:17, mis à jour le 11/04/2012 à 16:47

BLOGUE. La prolifique consultante en médias sociaux Michelle Blanc a qualifié sur son blogue la controverse qui a affecté Lassonde en fin de semaine de «tempête dans un verre de jus».

Elle n’a pas tout à fait tort, dans la mesure où des litiges du même genre sont très fréquents et n'alertent pas l'opinion publique. En revanche, elle minimise la portée de cette affaire et le rôle des médias sociaux (un sujet qu’elle maîtrise pourtant très bien) dans cette dernière. La consultante, qui a dévoilé dans ce même billet qu’elle était consultante pour Lassonde, attribue la controverse à l’article sur le sujet publié dans La Presse, qu’elle juge tendancieux. [Michelle Blanc agit également à titre de consultante pour TC Media, propriétaire du Groupe Les Affaires.]

Il est vrai que la controverse n’aurait sans doute pas vu le jour si l’histoire de Deborah Kudzman n’avait pas été relayée par un média traditionnel. Cependant, la « tempête dans un verre de jus » qui a suivi tire son origine des médias sociaux et de ses influenceurs.

À mon avis, la réaction de l’animateur Guy A. Lepage, qui a écrit sur Twitter qu’il ne boirait plus de jus Oasis, a eu un impact plus important dans cette affaire que celui des journaux.

Je conviens avec Michelle Blanc que son client, Lassonde, a probablement agit comme l'aurait fait n'importe quelle autre entreprise dans les mêmes circonstances. Après tout, nous vivons dans une société de droit et Lassonde n’a rien fait d’illégal.

En règle générale, l’opinion publique se préoccupe très peu des litiges commerciaux. Cependant, dans le cas en présence, un concours de circonstances a amené un grand nombre de personnes à s’indigner d’un litige donné. Et ce sont les médias sociaux, et non pas le quotidien de la rue Saint-Jacques, qui sont à l’origine de cette animosité populaire.

Les médias sociaux ont beaucoup à apporter aux entreprises et Michelle Blanc fait un bon travail pour informer les décideurs de leurs avantages.

Cependant, l'émergence de ces médias les contraint également à composer avec des risques auxquels ils n'étaient pas confrontés auparavent. Ces risques de tempêtes, qui peuvent déborder du cadre inoffensif d'un verre de jus et avoir des conséquences graves, menacent aussi bien les entreprises présentes sur les médias sociaux que celles qui n’y sont pas. La seule différence est que celles qui y sont pourront réagir plus rapidement et, à défaut d’en tirer profit, pourront au moins limiter les dégâts, comme Lassonde l’a fait.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Nous travaillons maintenant une heure de plus par jour!

06/08/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est ce qui ressort d'une étude de la Harvard Business School sur nos nouvelles habitudes de travail...