Montréal : jouer ses atouts

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Octobre 2016

Montréal : jouer ses atouts

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Octobre 2016

Le beau temps aidant, je profite encore de mon beau vélo rouge. C'est fou tout ce qu'on remarque en se déplaçant sur deux roues. L'autre jour, je me rendais à un rendez-vous pour le lunch, lorsque je me suis arrêtée à un feu de circulation juste à côté d'un autobus à impériale rempli de touristes. Au micro, l'animateur faisait valoir les charmes de Montréal à nos visiteurs. «Et ici, à cette intersection, vous pouvez observer les policiers de Montréal. Vous remarquerez qu'ils sont vêtus de pantalons de camouflage. Savez-vous pourquoi ?»

Ça m'a fait sourire, mais c'était aussi un peu désolant. Le conflit de travail qui oppose la Ville à ses policiers dure depuis tant d'années qu'il en est devenu pittoresque. Je ne suis pas restée assez longtemps à côté de l'autobus pour découvrir si, comme le treillis, les cônes orange aussi sont passés au statut d'icône de la métropole...

Officiellement, Montréal fait valoir d'autres atouts. Festivals, gastronomie, architecture, technologies, une nouvelle liaison aérienne quotidienne avec Shanghai, etc. Et elle vient de s'en doter d'un nouveau : son atmosphère paisible. Le 21 septembre, Journée internationale de la paix, le maire Denis Coderre annonçait que Montréal serait maintenant désignée Ville de la Paix. C'est noble, mais c'est aussi un atout supplémentaire sur la scène internationale. Disons que, si vous voulez organiser un congrès réunissant des milliers de personnes et que vous avez le choix entre Charlotte, Nice ou Montréal, cette dernière a toutes ses chances. La relative harmonie de la métropole lui attire des touristes en quête de sécurité.

La sécurité est un des trois points forts de l'industrie touristique québécoise, d'après Julie Boulet, la ministre responsable de ce portefeuille dans le gouvernement Couillard. Les deux autres sont la faiblesse du dollar et les anniversaires imminents de Montréal (375e) et de la Confédération canadienne (150e).

Si on s'y prend bien, croit la ministre, les trois prochaines années seront fastueuses pour les entreprises du secteur touristique, selon ce que me rapportait notre journaliste Olivier Schmouker, qui a rencontré la ministre la semaine dernière lors de la Matinée RH du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme, où il donnait une conférence sur les employés du millénaire.

Si on s'y prend bien... Autrement dit, si on accueille dignement les voyageurs. C'est ce que Téo Taxi compte faire à l'aéroport Montréal-Trudeau avec ses véhicules électriques haut de gamme, par exemple. Car au-delà d'un quelconque positionnement politique, ce sont les entreprises du secteur touristique qui font l'image de marque du Québec.

Julie Cailliau 
Rédactrice en chef
julie.cailliau@tc.tc

Suivez Julie Cailliau sur Twitter @julie140c

À la une

C'est votre plus grand risque d'affaires, mais vous refusez de le voir (2)

09:00 |

ANALYSE. Un nombre grandissant d'investisseurs et d'entreprises disent que le risque climatique doit être LA priorité.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

09/09/2021 | Les Affaires

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

L'inspection et une garantie légale de qualité bientôt obligatoires?

17/09/2021 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. Il ne sera plus possible de s’improviser inspecteur sans posséder la formation adéquate.