Élargir l'horizon

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

Élargir l'horizon

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

[Photo: 123RF]

La croissance économique est-elle synonyme de progrès pour une société ?

La question fait débat. Pour plusieurs, de plus en plus nombreux à s’exprimer, la croissance s’oppose au bien-être durable. D’autres, cependant, n’excluent pas qu’on puisse concilier les deux. Dans ce débat, chacun y va de ses convictions, la science économique ne permettant pas de trancher. «Ça dépend des indicateurs qu’on choisit de retenir», me faisait très justement remarquer Joëlle Noreau, économiste principale chez Desjardins Études économiques.

Pour éclairer le débat à défaut de pouvoir le conclure, Joëlle Noreau et l’économiste en chef du Mouvement, François Dupuis, publiaient la semaine dernière une analyse intitulée «Et si la performance de l’économie passait pas autre chose que le PIB ?».

En effet, on a bien souvent tendance à s’en tenir au PIB pour mesurer l’efficacité des politiques économiques. C’est vrai que cet indicateur a l’avantage de faciliter les comparaisons. Cependant, ce sont des comparaisons faciles, justement. Elles manquent tellement de nuances qu’elles en deviennent plus ou moins utiles quand il s’agit d’apprécier les progrès d’une société.

Depuis 2009 et la Grande Récession, la croissance du PIB a été poussive (moyenne annuelle de 1,7% de 2009 à 2017, la période analysée). Peut-on en conclure que le Québec a fait du sur-place ? Ne devrait-on pas plutôt raffiner l’analyse à l’aide d’indicateurs complémentaires ?

 

De nombreux modèles ont été créés au fil des ans pour nuancer l’évaluation du bien-être d’une société, ce bien-être étant (ou devant être) l’objet même de l’économie. L’étude de Desjardins en mentionne plusieurs, notamment le rapport déposé en 2009 en France par la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, présidée par deux récipiendaires du prix Nobel en économie, Joseph Stiglitz et Amartya Sen. Ce rapport a inspiré, entre autres, l’OCDE dans la mise au point d’un cadre conceptuel du bien-être des populations. «L’OCDE reconnaît que la croissance économique peut produire des activités «regrettables» qui peuvent aller à l’encontre du bien-être», souligne notamment l’étude de Desjardins, qui s’est inspirée à son tour de ce cadre pour voir au-delà du PIB. «Élargir l’horizon, selon l’expression imagée de Mme Noreau, pour aller «au-delà du PIB, des heures travaillées et des exportations».

Desjardins a choisi de retenir 23 indicateurs, regroupés en trois catégories : la qualité de vie, le niveau de vie et la durabilité. Et ce qui est remarquable dans les résultats, c’est que ces indices ont évolué de manière très contrastée sur la période, sans égard à la légère croissance du PIB. Autrement dit, l’évolution du PIB ne reflète pas celle du progrès d’une société. Si par exemple, la qualité des emplois et le taux de diplomation de sont améliorés, tout comme la qualité de l’eau et de l’air, les écarts de richesse n’ont que peu varié, l’obésité a gagné du terrain et le bien-être subjectif en a perdu.

Julie Cailliau
Éditrice adjointe et rédactrice en chef, Groupe Les Affaires
julie.cailliau@tc.tc

À propos de ce blogue

Julie Cailliau est éditrice adjointe et rédactrice en chef du Groupe Les Affaires, dont l’équipe de journalistes chevronnés publie le journal Les Affaires, le site lesaffaires.com et le magazine Les Affaires Plus. Elle est également présidente du conseil d’administration de la Fondation des prix pour les médias canadiens. Diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille, en France, Julie a pratiqué le métier de journaliste au sein de plusieurs publications françaises et québécoises. Dans une vie précédente, elle a œuvré à titre d’ingénieure en biotechnologies. Son « why », c’est d’apprendre et d’informer afin de nous permettre de faire les bons choix. La prise de conscience de l’urgence environnementale et l’émergence de l’entrepreneuriat social comptent pour elle parmi les tendances les plus réjouissantes actuellement.

Julie Cailliau

Sur le même sujet

Washington prévoit une croissance de 3,2% en 2019

11/03/2019 | AFP

Elle prévoit aussi davantage de fonds pour la défense et pour le financement d’un mur anti-immigration.

La croissance économique canadienne ralentit au 4e trimestre

01/03/2019 | AFP

La croissance en rythme annuel a été deux fois moins importante que ce que prévoyait la moyenne des économistes.