Attention, fragile

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Attention, fragile

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Le Plan économique 2018-2019 du gouvernement du Québec prévoit 103 millions de dollars pour les proches aidants et les aînés. Ne nous emballons pas, le montant s'étale sur cinq ans. On parle donc plutôt d'environ 20 M$ par année à compter de l'exercice 2018-2019.

Avec cette somme, on prévoit offrir un répit aux aidants naturels, reconnaître la contribution de la relève bénévole, mieux équiper les aînés pour qu'ils conservent le plus possible leur autonomie, et encourager la cohabitation multigénérationnelle.

Autrement dit, on veut faire beaucoup de choses avec 20 petits millions. À défaut d'avoir la capacité de guérir, la mesure a le mérite de prendre acte des maux du vieillissement, ceux de la dépendance, à nos proches et au système de santé.

Les publicités pour les prothèses auditives et les maisons de retraite peuvent bien présenter des couples aux cheveux d'argent, tout sourire, marchant au grand air, l'oeil pétillant... en pratique, vieillir est moins glamour (euphémisme).

Pour cette grand-mère de ma connaissance, vieillir, c'est un lit médicalisé, une marchette qui prend la poussière depuis qu'elle a été remplacée par un fauteuil électrique, utilisé presque uniquement à l'heure des repas, pris dans un grand réfectoire où on n'entend que les bruits de fourchette, parce que les résidents ont abandonné l'idée de se parler depuis longtemps, la majorité n'entendant plus grand-chose ; c'est une sonde urinaire, des médicaments pour la pression artérielle, le choléstérol, la neuropathie ; c'est un téléphone cellulaire adapté à commande vocale pour garder le contact avec la famille et les amis, qui viennent souvent, mais jamais aussi souvent que l'infirmière et le physio (très gentils, au demeurant) ; c'est une unité (traduction : une chambre avec salle de bains attenante) dans une seniorerie médicalisée avec un joli parc qu'on ne visite bien souvent que par la baie vitrée.

Le poids démographique des Québécois de 65 ans et plus passera de 15,7 % en 2011, à 25,2 % en 2031, selon le scénario de référence envisagé par l'Institut de la statistique du Québec (et jusqu'à 32,8 % en 2061). Puisque vieillir, c'est un tas de besoins particuliers, il y a de la place pour des entrepreneurs comme celui en manchette de ce numéro, Réal Bouclin, à la tête du promoteur immobilier Réseau sélection, spécialisé dans les résidences pour aînés.

L'important sera de se souvenir que le marché gris n'est pas un marché comme les autres. Il est dépendant ou en voie de l'être. Vulnérable. À servir avec soin.

Julie Cailliau
Rédactrice en chef, Groupe Les Affaires
julie.cailliau@tc.tc

À propos de ce blogue

Julie Cailliau est éditrice adjointe et rédactrice en chef du Groupe Les Affaires, dont l’équipe de journalistes chevronnés publie le journal Les Affaires, le site lesaffaires.com et le magazine Les Affaires Plus. Elle est également présidente du conseil d’administration de la Fondation des prix pour les médias canadiens. Diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille, en France, Julie a pratiqué le métier de journaliste au sein de plusieurs publications françaises et québécoises. Dans une vie précédente, elle a œuvré à titre d’ingénieure en biotechnologies. Son « why », c’est d’apprendre et d’informer afin de nous permettre de faire les bons choix. La prise de conscience de l’urgence environnementale et l’émergence de l’entrepreneuriat social comptent pour elle parmi les tendances les plus réjouissantes actuellement.

Julie Cailliau

Sur le même sujet

Demain, 2 MRC sur 5 vont se dépeupler!

18/10/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Si la tendance se maintient, les jeunes vont carrément déserter certaines régions du Québec, selon une étude.

Un fléau insoupçonnable menace-t-il notre productivité?

15/10/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Demain, travailler va devenir de plus en plus pénible. Et ce, pour une incroyable raison, selon cette étude.