Près de quel métro la copropriété est-elle la moins chère?

Publié le 28/09/2015 à 14:01

Près de quel métro la copropriété est-elle la moins chère?

Publié le 28/09/2015 à 14:01

(Photo: LesAffaires.com)

Êtes-vous de ceux qui cherchent à acheter une copropriété abordable à moins de 15 minutes de marche d’une station? Les prix peuvent varier énormément d’un endroit à l’autre, d’où l’importance de bien se renseigner. De plus, certains quartiers ont changé d’aspect à la suite d’un boom de construction et l’offre de propriétés y est maintenant fort différente.

La carte suivante vous permet de voir le prix médian des copropriétés, vendues en 2014, situées à moins de 1,5 km de route d'une station de métro. Le prix médian n’a pu être calculé pour l’ensemble des stations, puisque certaines comptaient trop peu de ventes de copropriétés. Les transactions colligées par JLR comprennent toutes les ventes enregistrées au Registre foncier (par l’entremise d’un courtier et entre particuliers). Les constructions neuves sont également incluses dans les prix présentés. (voir carte en plein écran)

Top 5 des stations de métro au prix médian le plus élevé :

> Peel — 585 000 $

> Outremont — 449 000 $

> Atwater — 435 000 $

> McGill — 412 500 $

> Place-d’Armes — 410 065 $

Top 5 des stations de métro au prix médian le plus bas :

> Saint-Michel — 193 000 $

> De La Concorde — 203 000 $

> Montmorency — 205 900 $

> Honoré-Beaugrand — 213 500 $

> Parc — 222 250 $

Parmi les stations les moins chères, plusieurs se trouvent aux extrémités des lignes. Montmorency et De La Concorde se trouvent à Laval, à au bout de la ligne orange, et la station Saint-Michel se situe à l’extrémité de la ligne bleue, dans l’est de l’île.

Des écarts de prix importants selon l’endroit

Les prix diffèrent d’une station à l’autre pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les prix tendent à augmenter lorsqu’on approche du centre-ville, comme en témoignent clairement les résultats sur la ligne verte. Cette observation corrobore une étude antérieure dans laquelle JLR calculait le prix au pied carré des copropriétés sur l'Île de Montréal. Ainsi, le prix médian des copropriétés situées près des stations Peel et McGill est plus élevé que celui des copropriétés se trouvant près des autres stations de la même ligne.

Évidemment, la proximité du centre-ville n’est pas le seul facteur expliquant les prix plus élevés. Certains quartiers sont considérablement plus chers que les quartiers avoisinants, puisque les propriétés y sont plus luxueuses. Ainsi, la station Outremont se distingue, bien que sa situation géographique par rapport au centre-ville ne soit pas particulièrement avantageuse. Les stations Atwater et Villa-Maria, près de Westmount, sont également entourées de plusieurs copropriétés luxueuses.

Des quartiers revampés

Le visage de certaines stations a grandement changé au cours des dernières années. Plusieurs promoteurs ont construit des copropriétés à proximité des stations de métro afin de proposer le projet le plus attirant possible. Les ventes ont explosé à la station Bonaventure, particulièrement grâce au boom de construction du secteur de Griffintown. Les ventes aux alentours de la gare Lucien-L’Allier ont connu un sort similaire en augmentant largement au cours de l’année 2014. Vu le grand nombre de tours de copropriétés qui sont toujours en construction aux abords de ces deux stations, il y a fort à parier que cette tendance se maintiendra l’année prochaine. Dans le même coin, près de la station Square-Victoria, on a également noté plusieurs ventes en 2012 et en 2014.

À l’extérieur du centre-ville, les ventes ont bondi aux alentours de la station Angrignon. En 2009 et en 2010 respectivement, seules 93 et 63 ventes de copropriétés avaient été effectuées dans ce secteur. Or, depuis 2013, plus de 200 ventes par année ont eu lieu grâce à l’effet des nouvelles constructions. Les ventes ont également progressé près de la station De Castelnau avec la construction d’un immeuble de 114 copropriétés livrées en 2014. Le secteur entourant la station Namur a aussi connu une métamorphose avec la construction de tours de copropriétés. Ainsi, plus de 400 copropriétés ont été vendues aux abords de cette station en 2012.

Bref, le boom de construction a fait grimper le nombre de ventes principalement au centre-ville, mais également près de quelques autres stations. Pour en savoir plus, consultez l’étude de JLR sur les propriétés à proximité des gares de train et des stations de métro.

Lire mes autres articles 

À propos de ce blogue

Économiste chez JLR Solutions foncières, Joanie Fontaine analyse le marché immobilier et ses différentes composantes. Titulaire d’une maîtrise en économie, elle réalise des études statistiques à partir de la base de données de JLR comptant plus de 6,5 millions de transactions, en plus des rôles d’évaluation municipale, des permis de construction et des recensements de Statistique Canada. JLR est la seule entreprise au Québec à disposer de l’historique de toutes les transactions immobilières réalisées depuis 1986.www.jlr.ca

Joanie Fontaine

Sur le même sujet

Plus d'acheteurs étrangers, mais la proportion demeure faible

19/03/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les Chinois représentent le tiers des acheteurs étrangers de propriétés résidentielles à Montréal.

Le prix médian des condos montréalais dépasse maintenant les 350$ le pi2

30/01/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses de prix sur l'île se poursuivent avec une augmentation du prix au pied carré de 6% en 2018.