L'acheteur médian possède sa maison pendant environ 11 ans

Publié le 30/03/2015 à 14:17

L'acheteur médian possède sa maison pendant environ 11 ans

Publié le 30/03/2015 à 14:17

(Photo: Shutterstock)

Quand il s’agit de choisir la propriété à acquérir et les rénovations à effectuer, les acheteurs et les propriétaires tentent de prévoir le nombre d’années durant lesquelles ils désirent posséder cette propriété. Néanmoins, les plans changent, et alors que certains passent une grande partie de leur vie adulte dans la même résidence, d’autres sont des déménageurs endurcis.

Selon les données compilées par JLR, si tous les acheteurs d’unifamiliales au Québec se comportent dans les prochaines années comme les vendeurs l’ont fait de 2011 à 2013, le propriétaire médian gardera sa propriété pendant environ 11 ans. En d’autres mots, si les acheteurs se comportent à l’avenir comme ils l’ont fait par le passé, la moitié des propriétaires ayant acheté en 2014 auront revendu leur propriété au plus tard le 31 décembre 2025. La durée de possession médiane varie cependant selon le type de propriété et la région.

Méthodologie

La durée de possession estimée d’une résidence est calculée à l’aide d’un processus similaire à celui effectué par Statistique Canada afin d’estimer l’espérance de vie. Dans notre cas, les taux de mortalité par tranche d’âge sont remplacés par la proportion de revente par tranche de durée de possession. Pour ce faire, nous utilisons les reventes de 2011 à 2013. Toutefois, nous estimons la durée de possession médiane plutôt que l’espérance ou encore la moyenne de durée de possession puisque les données ne permettent pas un retour en arrière assez prolongé pour les calculer. Pour plus de détails sur la méthodologie, consultez l’étude complète.

Longévité de possession

Le pourcentage de revente fluctue selon le nombre d’années de possession années : selon les ventes de 2011 à 2013, la revente est plus fréquente après trois à cinq ans de possession. Pour ce nombre d’années de possession, la probabilité de revendre est de plus de 7 %. Après la cinquième année de possession, la probabilité de revendre diminue graduellement au fil des ans.

Le pourcentage cumulé de revente permet d’obtenir la proportion de résidences dont le propriétaire est demeuré le même après un nombre donné d’années.

Ainsi, selon le pourcentage cumulé, environ 25% des propriétaires d’unifamiliales déménagent au cours des quatre premières années suivant leur achat. On atteint 50% de propriétaires ayant déménagé après 11 ans. Le rythme de revente diminue avec les années, de telle sorte qu’après 25 ans, 32% des acheteurs de 2014 auront conservé leur résidence s’ils se comportent comme les générations précédentes.

La durée de possession a légèrement augmenté au cours des années, alors que les ventes de 2001 à 2003 indiquaient plutôt une durée de possession estimée de 10 ans.

Copropriétés

Tous les types de propriétés ne sont pas revendus au même rythme. Dans le secteur des copropriétés, la revente est beaucoup plus rapide. Les gens tendent à garder celle-ci considérablement moins longtemps, avec une durée médiane de possession de sept ans pour l’ensemble du Québec. Selon nos résultats, la copropriété serait donc un mode d’habitation plus temporaire que la résidence unifamiliale, la copropriété pouvant plus fréquemment être utilisée comme tremplin avant l’achat d’une maison.

Ainsi, après seulement trois ans de possession, 25% des acheteurs auront revendu leur copropriété. Puis, après sept ans de possession, ce sont 50% des propriétaires qui l’auront revendu. Finalement, 20% des acheteurs de copropriétés en seront toujours propriétaires 25 ans après l’acquisition, du moins si les acheteurs se comportent comme ceux des générations précédentes.

Conclusion

En résumé, si les acheteurs de 2014 se comportent comme les vendeurs d’unifamiliales de 2011 à 2013, l’acheteur médian revendra après en avoir été propriétaire pendant 11 ans. Il s’agit d’une durée sensiblement plus longue que pour les copropriétés, dont la revente est plus rapide. Pour avoir les détails des régions et la comparaison aux États-Unis, consultez l’étude complète.

La durée de possession prévue peut être importante à estimer pour un acheteur, puisqu’une durée de possession prolongée permet d’amortir les frais de déménagement et la taxe de bienvenue sur une plus longue période. De plus, le temps écoulé avant la revente d’un immeuble peut avoir des conséquences sur l’hypothèque, car une revente rapide peut entraîner une pénalité lors d’un remboursement anticipé du prêt.

*Une revente dans la même année civile que l’acquisition est une revente après 0 année de possession.

Lire mes autres articles

À propos de ce blogue

Économiste chez JLR Solutions foncières, Joanie Fontaine analyse le marché immobilier et ses différentes composantes. Titulaire d’une maîtrise en économie, elle réalise des études statistiques à partir de la base de données de JLR comptant plus de 6,5 millions de transactions, en plus des rôles d’évaluation municipale, des permis de construction et des recensements de Statistique Canada. JLR est la seule entreprise au Québec à disposer de l’historique de toutes les transactions immobilières réalisées depuis 1986.www.jlr.ca

Joanie Fontaine

Sur le même sujet

Plus d'acheteurs étrangers, mais la proportion demeure faible

19/03/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les Chinois représentent le tiers des acheteurs étrangers de propriétés résidentielles à Montréal.

Le prix médian des condos montréalais dépasse maintenant les 350$ le pi2

30/01/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses de prix sur l'île se poursuivent avec une augmentation du prix au pied carré de 6% en 2018.