Réduisons dès maintenant la pression sur les gestionnaires


Édition du 11 Octobre 2023

Réduisons dès maintenant la pression sur les gestionnaires


Édition du 11 Octobre 2023

Le rôle du gestionnaire n’est pas celui du superhéros qui règle tout et qui planifie le travail de son équipe de manière isolée. Son rôle consiste plutôt à se rapprocher de son équipe et les autres membres des différentes divisions de l’entreprise. (Photo: 123RF)

EXPERTE INVITÉE. Gallup révélait récemment que la plupart des gestionnaires ont maintenant plus de travail à faire avec un budget plus restreint et de nouvelles équipes. Depuis 2021, une pression énorme s’exerce sur eux et rien n’indique qu’elle s’atténuera d’elle-même.

Si la tendance se maintient, les entreprises pourraient voir une hausse de l’épuisement, du désengagement et des départs chez les gestionnaires. Il faut agir maintenant pour alléger les leaders et leurs équipes.

 

Résoudre ensemble les problèmes

La gestion ne devrait jamais être synonyme de surcharge perpétuelle. Certes, la nature du poste consiste à résoudre des imprévus et à être interrompu fréquemment. Jamais il n’a été question d’agir seul pour affronter ces défis! En effet, lorsqu’un problème survient, un gestionnaire gagne à solliciter les membres de son équipe. Ces derniers mettront à contribution leurs expertises, leurs idées et leurs talents pour cibler la solution. En tentant de régler le problème par lui-même, le gestionnaire s’ajoute une charge et perd une occasion précieuse: celle de bâtir un esprit d’équipe et d’augmenter l’autonomie des employés. Les employeurs doivent aider les nouveaux gestionnaires à développer ce réflexe dès les premiers instants dans leur rôle. Avec le temps, ils bâtiront des équipes autonomes, collaboratives et efficaces.

 

Clarifier la base

Les restructurations et les rajustements fréquents entraînent une confusion quant aux rôles et aux responsabilités, causant ainsi une désorganisation, une inefficacité et une productivité diminuée. Des conflits peuvent alors éclater et freiner la collaboration entre les équipes. Les gestionnaires se trouvent à gérer les conflits tout en rétablissant la performance des équipes. Pour éviter cette situation, la direction doit réexaminer les rôles de chaque personne en répondant à une question essentielle: qui fait quoi et quand? Cette clarification peut résoudre de nombreux problèmes organisationnels, car une équipe ne peut être pleinement efficace si les responsabilités de chacun ne sont pas clairement définies.

 

Solidifier l’expérience gestionnaire

Dans mon texte «À quand l’expérience gestionnaire?», j’expliquais qu’il faut miser sur l’expérience gestionnaire et celle des employés pour augmenter l’engagement et la fidélisation des travailleurs. À l’aube de 2024, il m’apparaît évident que les employeurs qui n’offrent pas une telle expérience de manière solide auront à subir plus de départs, de démotivation et de problèmes de surcharge de travail autant chez les gestionnaires que chez les employés. Pour changer la donne, il faut par exemple passer plus de temps avec les cadres, revoir les méthodes de travail, s’assurer qu’ils ont des compétences pour bien déléguer, ainsi que le pouvoir de prendre des décisions importantes. Parallèlement, l’employeur doit accompagner tous les gestionnaires à adopter le style de management valorisé par l’entreprise. Ensemble, ils iront dans la même direction.

 

Et maintenant, quel est son rôle?

Le rôle du gestionnaire n’est pas celui du superhéros qui règle tout et qui planifie le travail de son équipe de manière isolée. Son rôle consiste plutôt à se rapprocher de son équipe et les autres membres des différentes divisions de l’entreprise. Il n’est pas entre la direction et le «terrain». Il offre ce qu’on lui a donné: soutien, confiance, pouvoir, connaissance et leadership. Il a un rôle gratifiant, dont la finalité est de créer de la valeur en amenant son équipe à réussir, sans que ce soit au détriment de la santé de ses employés.

À propos de ce blogue

Jenny Ouellette, Adm.A. est la présidente et cofondatrice de BonBoss, une entreprise spécialisée dans les innovations en management, en culture et en stratégies de recrutement. Diplômée de l’École des relations industrielles de l’Université de Montréal, elle développe diverses innovations pour aider les entreprises à «prospérer humainement». L’approche M.O.R.EMC ,le Culture Book© et le recrutement expérientielMC en sont des exemples. Jenny Ouellette cumule les distinctions depuis 2018: prix Nueva 2018 de Femmes Alpha et prix Leadership 2019 du Business Community 360. Depuis la fondation de sa seconde entreprise BonBoss, Jenny Ouellette agit comme conférencière et formatrice. Elle y partage les saines pratiques des gestions qui caractérisent ceux communément appelés: les bons boss. En 2019 et 2020, elle siège à la Table de dotation et gestion intégrée des talents de l’Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec. Elle est aussi membre du CA du Centre d’hébergement multiservice de Mirabel: un organisme qui a pour mission d’aider à soulager la pauvreté auprès des jeunes adultes en situation d’itinérance.

Jenny Ouellette
Sujets liés

Ressources humaines

Sur le même sujet

Ne sous-estimez pas la grande valeur des travailleurs expérimentés

Édition du 21 Février 2024 | Jenny Ouellette

EXPERTE INVITÉE. En ce 95e de «Les Affaires», il est temps de souligner un pilier crucial du Québec.

Restaurateurs, vous laissez de l'argent sur la table!

EXPERT INVITÉ. «C'est non seulement une question économique, c'est aussi une question d'expérience client.»

Blogues similaires

Énergie nucléaire: pourquoi pas, la suite

13/02/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «Sommes-nous maintenant rendus à l’heure de la révolution énergétique?»