Ne sous-estimez pas la grande valeur des travailleurs expérimentés


Édition du 21 Février 2024

Ne sous-estimez pas la grande valeur des travailleurs expérimentés


Édition du 21 Février 2024

«Une heure avec notre mentor nous a fait récemment économiser approximativement 15 000$.» (Photo: 123RF)

EXPERTE INVITÉE. En ce 95de Les Affaires, il est temps de souligner un pilier crucial du Québec: les travailleurs plus âgés. Très nombreux sur le marché du travail, ils constituent à mes yeux une richesse inestimable pour les organisations, la relève et l’économie. Sans eux, nous ne ferions pas aussi bien bonne figure. Grâce à eux, bien des erreurs sont évitées et la relève apprend ce qu’elle n’a pas encore acquis, à savoir l’expérience, qui vient au fil des années.

 

Préjugés défavorables

Je le sais, mon discours est contraire aux préjugés défavorables envers les travailleurs âgés. Malheureusement, je vois maintes entreprises et plusieurs travailleurs adopter une posture de supériorité à leur égard. Ils ont tout faux! Ils n’ont pas eu la chance ou l’ouverture d’esprit de voir l’apport de ces travailleurs expérimentés. Une personne plus âgée sait «voir l’ouvrage», comme dirait mon père. Ses connaissances, elle les a apprises au fil des années: erreur par-dessus erreur, bon coup après bon coup. Elle a parfait sa technique. L’expérience d’un travailleur âgé lui procure un grand avantage, celle de gagner du temps. Puis, s’il a eu la sagesse ou l’occasion de s’entourer de jeunes travailleurs, il occupe un rôle inestimable: celui de modèle.

 

Un duo riche

Ne commettons pas l’erreur de les juger moins productifs sans une analyse plus approfondie. Il faut considérer leur apport intangible. Lorsqu’un travailleur âgé collabore avec un travailleur plus jeune, il agit comme un mentor informel. Juste en le côtoyant, il transmet ses connaissances à la relève. Elle aussi vit son lot de défis: se développer, comprendre les ingrédients qui permettent d’exceller, gagner en notoriété, adopter de bonnes habitudes de travail, etc. Grâce au transfert d’apprentissage, cet échange entre deux générations se révèle bénéfique. Ce duo gagnant-gagnant peut, à lui seul, représenter l’un des meilleurs leviers de productivité dans une équipe. Une organisation gagne à octroyer aux travailleurs plus âgés des postes de mentors. Ces derniers ont tout intérêt à voir la relève comme une occasion de transmettre un héritage professionnel.

 

Pratiques en organisation

D’autres pratiques sont efficaces pour intégrer les travailleurs expérimentés: aménager l’horaire de travail, diversifier les tâches, prévoir un programme de mentorat, réduire la charge mentale du travail et offrir de la formation. Aussi, ces personnes offrent des avantages intéressants à l’employeur: loyauté, faible demande de conciliation travail-famille, leadership positif, résilience, etc. Bref, ces travailleurs sont compétents et engagés.

 

Retombées financières

Il y a cinq ans, j’ai été invitée à un événement de «mentorés et mentors». À ma droite était assis un mentor d’expérience. Pendant la rencontre, il prenait des notes, écoutait attentivement, voyait des défis et des occasions favorables que personne d’autre n’avait vus. En si peu de temps, il avait compris tant de choses. Je me rappelle m’être dit: «Comment a-t-il fait?» À lui seul, il avait réussi à faire avancer le groupe vers une solution de qualité à un problème complexe.

Depuis, mon associé et moi avons la chance de l’avoir comme mentor. Je ne peux quantifier ou vous présenter une statistique précise sur ce qu’apporte le fait de collaborer avec des travailleurs plus expérimentés. Toutefois, je peux vous parler de mon expérience. Une heure avec ce mentor nous a fait récemment économiser approximativement 15 000$. Ses conseils permettent de prendre de meilleures décisions parce qu’il voit les angles morts. Sans lui, mon parcours entrepreneurial serait complètement différent. Il n’est pas le seul. J’ai le privilège de collaborer avec plusieurs travailleurs plus âgés. À mes yeux, ils font de la relève une meilleure main-d’œuvre, mais aussi des humains mieux outillés devant les défis qui les attendent. Nous devons aimer ces travailleurs plus âgés et reconnaître leur apport.

Merci à vous qui travaillez parfois dans l'ombre!

 

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique :

PME et entrepreneuriat — Tous les mardis, mercredis et jeudis

Découvrez les innovations développées par les jeunes pousses et les PME d’ici, ainsi que les récits inspirants d’entrepreneurs.

À propos de ce blogue

Jenny Ouellette, Adm.A. est la présidente et cofondatrice de BonBoss, une entreprise spécialisée dans les innovations en management, en culture et en stratégies de recrutement. Diplômée de l’École des relations industrielles de l’Université de Montréal, elle développe diverses innovations pour aider les entreprises à «prospérer humainement». L’approche M.O.R.EMC ,le Culture Book© et le recrutement expérientielMC en sont des exemples. Jenny Ouellette cumule les distinctions depuis 2018: prix Nueva 2018 de Femmes Alpha et prix Leadership 2019 du Business Community 360. Depuis la fondation de sa seconde entreprise BonBoss, Jenny Ouellette agit comme conférencière et formatrice. Elle y partage les saines pratiques des gestions qui caractérisent ceux communément appelés: les bons boss. En 2019 et 2020, elle siège à la Table de dotation et gestion intégrée des talents de l’Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec. Elle est aussi membre du CA du Centre d’hébergement multiservice de Mirabel: un organisme qui a pour mission d’aider à soulager la pauvreté auprès des jeunes adultes en situation d’itinérance.

Jenny Ouellette
Sujets liés

Ressources humaines

Blogues similaires

Quel avenir pour les stations de ski?

16/04/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «On peut s’attaquer au problème dès maintenant en s’adaptant et en se diversifiant.»