Déléguer, c’est d’abord choisir


Édition du 23 Novembre 2022

Déléguer, c’est d’abord choisir


Édition du 23 Novembre 2022

Une bonne façon de déléguer est de revoir la mission en équipe afin d'augmenter l'influence des employés. (Photo: 123RF)

EXPERTE INVITÉE. J’ai sauté à pieds joints dans l’art de déléguer lorsque j’appris que j’étais enceinte de quatre semaines. BonBoss vivait alors une croissance de 300 %, l’équipe était récente et la facturation provenait majoritairement de mes heures travaillées.

Mon associé et moi avions sept mois pour rendre l’entreprise entièrement autonome. Un défi? Certes. Je ne vous expliquerai pas comment déléguer en quelques étapes simplifiées. Je vous exposerai plutôt des apprentissages et vous laisserai le soin de trouver la formule adaptée à votre leadership et à votre organisation.

 

1. Déléguer tout, sauf la vision

La vision est l’unique chose qui ne peut être déléguée par un fondateur d’entreprise. Tout le reste peut être confié à une personne compétente au moment adéquat. Il faut un plan, des objectifs précis et des employés prêts à apprendre. Mon associé et moi avons misé sur l’équipe. Elle devait absolument voir la vision et ressentir la raison d’être de BonBoss. Nous avons donc réalisé un exercice audacieux: revoir la mission en équipe et lui donner le pouvoir de l’influencer. Celle-ci pouvait proposer des idées pour la concrétiser. Cet exercice a permis de créer un tout nouveau service et de revoir la stratégie. En quelques heures, la mission et la vision étaient pleinement incarnées par toute l’équipe. Jamais, je n’ai vu d’exercice plus fort pour transmettre le sens au travail et motiver à long terme.

 

2. Lâcher prise

L’un des principaux défis des petites entreprises est le temps et l’énergie. Puisque ces ressources sont limitées, il faut savoir prioriser. Avant mon départ, toute action devait avoir un effet à court et à moyen terme. J’ai commencé à appliquer un principe simple:me demander «si j’investis mon temps dans cette tâche, à quoi dois-je renoncer?». Cette question permet de faire des choix. Il fallait aussi se demander:est-ce important? Est-ce prioritaire? À qui puis-je déléguer? Est-ce aligné à la vision organisation-nelle? Est-ce bénéfique pour l’entreprise? Existe-t-il un risque pour l’équipe? Avons-nous le temps et les ressources nécessaires? La priorisation a fait en sorte que quatre mois plus tard, l’organisation du travail était simplifiée, trois partenariats avaient pris fin et mon horaire était plus libre. L’entreprise soufflait davantage. J’ai réalisé que déléguer, c’est d’abord choisir.

 

Savoir communiquer

La délégation dépend énormément d’une bonne communication. Lorsqu’un projet ne se déroule pas comme prévu ou que le résultat n’est pas au rendez-vous, l’important est de miser sur l’amélioration de cette habileté. Ici aussi, il y a des questions à se poser pour affiner ses capacités de communiquer clairement ses besoins en tant que gestionnaire:qu’est-ce qui n’a pas été dit initialement? Le rendement attendu était-il clair? Les rôles sont-ils clairs? La raison d’être du projet était-elle connue? Quelle leçon pouvait être apprise grâce à cette situation?

Bien que cela puisse sembler contre-intuitif, un gestionnaire ou un entrepreneur ne doit pas être essentiel aux opérations quotidiennes de l’organisation sous peine de la mettre à risque. Par une communication de qualité, un plan et des choix rigoureux, ceux-ci constateront que déléguer, c’est rendre meilleurs autant l’entreprise que les gens qui l’animent. Par le fait même, le gestionnaire deviendra un meilleur leader et les résultats en témoigneront.

À propos de ce blogue

Jenny Ouellette est la présidente et cofondatrice de BonBoss, une entreprise spécialisée dans les innovations en management, en culture et en stratégies de recrutement. Diplômée de l’École des relations industrielles de l’Université de Montréal, elle développe diverses innovations pour aider les entreprises à «prospérer humainement». L’approche M.O.R.EMC ,le Culture Book© et le recrutement expérientielMC en sont des exemples. Jenny Ouellette cumule les distinctions depuis 2018: prix Nueva 2018 de Femmes Alpha et prix Leadership 2019 du Business Community 360. Depuis la fondation de sa seconde entreprise BonBoss, Jenny Ouellette agit comme conférencière et formatrice. Elle y partage les saines pratiques des gestions qui caractérisent ceux communément appelés: les bons boss. En 2019 et 2020, elle siège à la Table de dotation et gestion intégrée des talents de l’Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec. Elle est aussi membre du CA du Centre d’hébergement multiservice de Mirabel: un organisme qui a pour mission d’aider à soulager la pauvreté auprès des jeunes adultes en situation d’itinérance.

Jenny Ouellette
Sujets liés

Ressources humaines

Sur le même sujet

Comment mettre en valeur votre savoir-être?

02/02/2023 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Quelles softskills mettre en avant en entretien d'embauche? Et surtout, comment?»

Comment vraiment améliorer la santé mentale de vos employés?

31/01/2023 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «On a fait beaucoup pour améliorer la santé mentale de nos employés, mais on ne note pas un grand mieux...»

Blogues similaires

Les «buzzwords» polluent-ils votre marketing?

11/03/2021 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Entre vocabulaire à la mode et langue de bois, il n’y a souvent qu’un pas...

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

ChatGPT: après les fake news, le fake smart!

24/01/2023 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Il y a un danger dont nous parlons peu, mais qui, à mes yeux, est une grande source d’inquiétude...