Les marmottes ont prédit un printemps immobilier hâtif

Publié le 06/03/2024 à 12:15

Les marmottes ont prédit un printemps immobilier hâtif

Publié le 06/03/2024 à 12:15

Personne ne peut prédire avec précision l’évolution future des taux. À qui vous fier? Moi, votre banque, un courtier hypothécaire, un économiste, un raton laveur ou une marmotte? (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. La majorité des premiers acheteurs sont en hibernation. Selon la tradition, une marmotte qui émerge de son terrier le 2 février, et qui ne voit pas son ombre, signifie que l’hiver se terminera bientôt. Après un long hiver immobilier — les hausses de taux ayant refroidi le marché — je m’attends à ce que le climat soit plus clément sous peu. 

Le 2 février 2024, Phil, la célèbre marmotte de Punxsutawney aux États-Unis, a prédit un printemps hâtif. Fred de la Gaspésie, Shubenacadie Sam de la Nouvelle-Écosse et Wiarton Willie, la marmotte albinos de l’Ontario, sont tous du même avis.

 

Baisse surprise de l’inflation 

La croissance annuelle de l’Indice des prix à la consommation (IPC) s’est établie à 2,9% en janvier, soit une baisse significative par rapport au 3,4% annoncé un mois auparavant. Les experts prévoyaient 3,3%. 

Le principal moteur de l’inflation est l’intérêt hypothécaire (+27,4%), dont le prix est lui-même fixé par rapport aux anticipations d’inflation. Cette relation circulaire est intéressante. Lorsque les taux d’intérêt vont baisser, l’IPC va baisser. 

Les intérêts hypothécaires ne font pas partie du calcul d’inflation en Europe et aux États-Unis. 

La croissance annuelle des loyers (+7,7%) est le deuxième facteur ralentissant la descente de l’IPC. 

La BNC prédit que l’IPC va atteindre 2% cet été, un an plus tôt qu’a prédit la Banque du Canada. 

Dans leurs annonces, j’ai toujours trouvé que la Banque du Canada pouvait être parfois aussi fallacieuse qu’un raton laveur.

(Photo: 123RF)

 

Baisse imminente du taux directeur 

Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a mentionné récemment qu’il fallait laisser plus de temps à la politique monétaire pour faire son travail. Comme plusieurs, je crois qu’il se doit de baisser les taux dans les prochains mois. Il se doit de stimuler l’économie. 

Selon la Banque Nationale, le taux directeur passerait de 5% à 3,25% d’ici la fin de l’année. Pour les économistes de Desjardins et de la CIBC, il passerait à 3,5%. Avec une prédiction à 4%, RBC est plus pessimiste. 

Que le taux directeur commence à baisser en mars ou en juillet, des acheteurs astucieux vont faire une offre d’achat, sachant que le taux ne sera établi que quelques mois plus tard, juste avant de signer l’acte de vente chez le notaire. 

Actuellement, les taux fixe ou variable sur trois ans me semblent les meilleurs choix. 

Personne ne peut prédire avec précision l’évolution future des taux. À qui vous fier? Moi, votre banque, un courtier hypothécaire, un économiste, un raton laveur ou une marmotte? 

 

À SUIVRE -> Pas une génération perdue 

À propos de ce blogue

Étudier, expliquer et proposer. Passionné d'immobilier, fier montréalais, actuaire de formation et courtier immobilier chez KW Urbain, Jean Sasseville vous aide à prendre des décisions plus judicieuses en utilisant des faits. Il n'est pas facile de naviguer dans le marché immobilier et le futur est par définition incertain. Il partage avec vous son interprétation du marché immobilier et des tendances.

Jean Sasseville

Blogues similaires

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

La fin d’année approche, pensez à votre CELI

14/12/2023 | Ian Gascon

EXPERT INVITÉ. La fin d’année est un moment propice pour réfléchir à la gestion de son CELI.

REER: La confusion règne pour les 60 premiers jours de l'année

10/04/2024 | Dany Provost

EXPERT INVITÉ. Pour quelle année devez-vous déclarer vos cotisations REER faites en janvier ou février ? Lisez ceci.