Une victoire que Jobs n'aura pas eu le temps de célébrer

Publié le 10/11/2011 à 01:52, mis à jour le 10/11/2011 à 11:09

Une victoire que Jobs n'aura pas eu le temps de célébrer

Publié le 10/11/2011 à 01:52, mis à jour le 10/11/2011 à 11:09

[Photo : Bloomberg]

BLOGUE. Presque cinq après après avoir dévoilé le premier modèle d'iPhone totalement incompatible avec la technologie Flash, pourtant alors omniprésente dans le marché, Steve Jobs peut célébrer là où il est. Adobe a agité le drapeau blanc. 

L'entreprise a annoncé sa décision dans un message publié sur son blogue corporatif, très tôt mercredi matin. 

J'avais déjà abordé le sujet et les raisons d'Apple il y a quelques semaines, quand Microsoft avait à son tour annoncé qu'elle suivrait l'exemple d'Apple et cesserait de supporter Flash sur ses téléphones intelligents et ses tablettes. Plus que jamais, l'avenir de Flash semblait menacé, surtout sur les plateformes mobiles.

Apple avait déjà décidé que la norme HTML5 remplacerait Flash et c'est la conclusion à laquelle en est aussi venue Adobe. On ne peut lui en vouloir de présenter les choses sous leur meilleur jour dans ses explications, alors voici la version officielle.

 « Depuis plus d'une décennie, Flash a permis la création et le déploiement sur le Web des contenus les plus riches en allant plus loin que ce que permettaient les fureteurs. […] Au cours des deux dernières années, nous avons fourni le lecteur Flash sur les fureteurs mobiles et donné à plusieurs appareils mobiles la capacité de bien rendre toute la richesse du Web. Toutefois, le HTML5 est maintenant supporté de façon universelle sur toutes les plateformes mobiles majeures, parfois en exclusivité. Cela fait du HTML5 la meilleure solution pour créer et déployer du contenu sur un fureteur sur toutes les plateformes mobiles. »

Ou, en résumé: « Nous avons essayé, nous avons perdu, ce serait de la perte de temps que de continuer à se battre ». 

Adobe précise d'ailleurs plus loin que « ces changements vont nous permettre d'investir davantage dans le HTML5 et innover avec Flash là où il peut avoir le plus d'impact dans l'industrie, dont dans le jeu vidéo avancé et la vidéo pretium. »

Il aurait été étonnant qu'Adobe abandonne complètement Flash, puisque la technologie a effectivement encore de la traction sur les ordinateurs et même les grands jeux sur console. Mais en même temps, on est presque forcés de croire que, là aussi, l'avenir de Flash est menacé, à plus long terme, surtout si on anticipe une éventuelle fusion des plateformes mobiles et « sédentaires » (c'est déjà bien commencé chez Apple).

Bref, Steve Jobs avait raison ou, à tout le moins, s'il était dans le tort, ses propres gestes ont fini par lui donner raison.

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Énergie 4.0: des centaines de milliards d'investissements

15/10/2019 | François Normand

L'industrie modernisera le réseau électrique en Amérique du Nord. Il y aura des gains, mais aussi des risques.

Informatique ambiante: la stratégie de Google se dévoile

15/10/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. La flopée de nouveaux appareils de Google mise sur l’intelligence artificielle pour attirer les acheteurs.

Politique: quand le contenant prime sur le contenu...

15/10/2019 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis avec un certain découragement la campagne électorale fédérale présentement en cours.