Plan numérique et pelletage de nuages

Publié le 22/11/2012 à 17:04, mis à jour le 23/11/2012 à 09:44

Plan numérique et pelletage de nuages

Publié le 22/11/2012 à 17:04, mis à jour le 23/11/2012 à 09:44

Photo karindalziel / flickr

BLOGUE. C'est jeudi que les 13 « étonnés » ont officiellement dévoilé leur idée de plan numérique pour le Québec. L'approche pue le « pelletage de nuages » à plein nez, mais soulève quand même quelques points pertinents.


D'abord, précisons que le collectif n'a pas à proprement dit accouché lui-même d'un plan, ne faisant essentiellement qu'en dénoncer l'absence. Soulignons quand même leurs efforts pour préciser six demandes un peu plus concrètes


Le groupe, formé de plusieurs « vétérans » de l'industrie numérique, se plaint de voir ses divers rapports et analyses « tablettés » depuis 20 ans. Malheureusement, on comprend un peu, à la lecture de leurs six demandes, pourquoi les gouvernements à qui ils s'adressent sont hésitants.


À lire : L'article de Valérie Lesage sur la demande d'un plan numérique


La première idée du groupe vise la création d'une « agence numérique » indépendante du gouvernement. On compare cette agence à Hydro-Québec. Une deuxième demande touche la création d'un « Conseil national du numérique », que l'on semble décrire comme une sorte de « conseil de sages » auquel le gouvernement devrait obligatoirement (le mot est d'eux) s'adresser avant de prendre une décision qui touche le numérique.


L'idée de créer de nouvelles structures gouvernementales ne fait pas l'unanimité, à la base. Certains ont déjà commencé à critiquer le projet sur cette base. Mais même en acceptant cette « structurite », quel serait le rôle exact de l'agence? La comparaison avec l'électricité et Hydro-Québec est très boiteuse.


Hydro gère des barrages, des lignes de transport, un réseau de distribution, elle a des revenus, des dépenses et un bénéfice net à la fin de l'année.


L'agence, elle? On ignore si les « étonnés » savent eux-mêmes exactement à quoi elle servirait, mais leurs communications à ce sujet sont pour le moins nébuleuses. On distingue difficilement les deux organismes qu'ils proposent. En fait, il est beaucoup plus difficile de comprendre leurs rôles que l'intérêt de certains des « étonnés » à en faire partie.


On saisit très bien qu'il puisse être pertinent pour l'appareil public d'avoir une sorte de centre d'expertise sur lequel s'appuyer pour certaines questions technologiques. Ce centre pourrait très bien vivre au sein du Conseil du Trésor ou du Centre des services partagés.


Le numérique et la comptabilité (page suivante)


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Quatre ans, 12 idées

Édition du 09 Mars 2019 | Julie Cailliau

François Legault et moi avons maintenant quelque chose en commun. Quelqu'un, devrais-je dire : François Pouliot. ...

May laisse le choix au Parlement de reporter la date du Brexit

Mis à jour le 26/02/2019 | AFP

Mme May a répété qu’elle était personnellement opposée à ce report de la date prévue, le 29 mars.

À la une

À surveiller: Couche-Tard, Transcontinental et Mondelez

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Transcontinental et Mondelez?

Les retraités, gagnants du budget fédéral

BUDGET FÉDÉRAL. SRG bonifié, rentes différées et rentes variables, nouveaux outils des retraités...