Mises à pied : Funcom Montréal se dit victime des critiques

Publié le 24/08/2012 à 09:21, mis à jour le 24/08/2012 à 09:21

Mises à pied : Funcom Montréal se dit victime des critiques

Publié le 24/08/2012 à 09:21, mis à jour le 24/08/2012 à 09:21

BLOGUE. Le mauvais départ du jeu vidéo The Secret World, le plus gros projet de Funcom Montréal depuis son ouverture en 2009, forcera le studio à effectuer des mises à pied.

PLUS : Jeux vidéo: Electronic Arts et Activision en vente?

Funcom, une entreprise norvégienne, est spécialisée dans les jeux dits « massivement multijoueurs ». Il s'agit généralement d'univers fantastiques dans lesquels les joueurs peuvent mener une vie numérique et affronter divers défis en compagnie d'autres amateurs, installés partout dans le monde.

Ce type de jeux fonctionne généralement par abonnements, ce qui procure à leurs développeurs des revenus récurrents. Le genre devient de plus en plus populaire auprès des éditeurs, en partie pour cette raison.

Lancé au début du mois de juillet, The Secret World a été accueilli tièdement par les critiques. Sur le très important site MetaCritic, qui établit une note moyenne en fonction de toutes les critiques publiées sur un même jeu, The Secret World affiche une note de 72 sur 100. Ce n'est pas un pointage suffisant pour attirer les amateurs, qui boudent généralement les titres qui n'atteignent pas au minimum 80, voire 85 ou même 90.

Cette mauvaise performance a plombé les ventes du jeu. L'ennui, c'est que, selon Funcom, cette note décevante n'est pas méritée. En conférence avec les analystes financiers, la haute direction de l'entreprise a blâmé les critiques.

Le directeur général du studio montréalais, Miguel Caron, est du même avis. Celui-ci retient que les amateurs, eux, ont donné une note moyenne de 84 au jeu. Et que deux jeux comparables lancés récemment, Star Wars : The Old Republic (Electronic Arts) et Diablo 3 (Activision) ont connu le sort inverse : une bonne note des critiques — 85 et 88 respectivement — et un mauvais accueil des joueurs (56 et 38!).

« J'ai l'impression que les critiques ont été échaudés par les reproches du public à leur endroit, estime M. Caron. Ils se sont fait ramasser pour avoir donné des notes beaucoup trop élevées à Star Wars et Diablo, ce qui fait qu'ils ont réagi en étant très sévères envers The Secret World. »

Mises à pied

Résultat : « Les ventes ne sont pas où on le voulait », reconnaît M. Caron, qui ne perd toutefois pas espoir.

« En général, ce genre de jeu se vend rapidement le premier mois, puis ça s'essouffle. Le nôtre ne suit pas la courbe habituelle. De jour en jour, nous avons de plus en plus d'abonnés. Si ça continue comme ça, on va pouvoir se reparler en décembre et je serai heureux. Mais là, je suis inquiet. »

Cette inquiétude, combinée à la fin du projet, se traduira par des mises à pied. Leur nombre n'est pas encore déterminé précisément, mais M. Caron parle d'une cinquantaine, parmi les quelque 250 salariés actuels. Les employés en ont déjà été avertis et elles auront lieu au cours des prochains jours. Fait à noter, l'entreprise a prévu inviter tous ses concurrents à une sorte de « foire de l'emploi » dans ses locaux afin d'atténuer l'effet de ces mises à pied sur les individus concernés (plus de détails dans notre édition papier).

La machine devrait repartir à plein vers la mi-septembre. Funcom annoncera alors qu'elle amorce la production d'un autre jeu massivement multijoueurs (MMO) issu d'une franchise très bien connue des amateurs du genre. Elle a aussi déjà indiqué qu'elle travaillerait sur un MMO inspiré de l'univers Lego.

À la une

À surveiller: Telus, Descartes Systems Group et Aritzia

Il y a 10 minutes | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Telus, Descartes Systems Group et Aritzia?

Bourse: Wall Street ouvre en baisse, déçue par une inflation plus élevée que prévu

Mis à jour il y a 33 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre en hausse.

Mise à jour économique: nuages gris à l'horizon

BLOGUE INVITÉ. Pour la première fois depuis 2008, l’économie du Québec pourrait plonger en récession.