Une bulle dans les fonds indiciels! Vraiment?

Publié le 13/09/2019 à 10:45

Une bulle dans les fonds indiciels! Vraiment?

Publié le 13/09/2019 à 10:45

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Il y a une bulle dans les fonds indiciels! C’est l’affirmation-choc lancée récemment dans un article de Bloomberg qui compare la situation actuelle à celle des hypothèques à haut risque qui a mené à la crise financière de 2008. Wow, ça fait peur!

L’histoire n’est pas nouvelle et a été évoquée en 2017 dans cet article du New York Times, mais cette fois-ci plusieurs médias en ont parlé car ça vient de Michael Burry, un de ceux qui a su profiter de la crise de 2008. Dans les deux cas, l’alerte est donnée par des gestionnaires actifs qui estiment que les marchés n’évaluent pas correctement les titres de petites capitalisations, car trop de capitaux sont dirigés vers les titres de grosses capitalisations, sans égard à leurs évaluations.

Certes une sous-évaluation de certains titres de petite capitalisation est possible, mais dans l’ensemble, l’effet se doit d’être marginal et n’affectera pas significativement la valeur de la très vaste majorité des actifs.

La popularité des fonds indiciels a explosé au cours des dernières années, mais ça ne veut pas dire que ça crée une bulle dangereuse pour autant. Paradoxalement, si tous les actifs avaient été déployés en gestion active au cours de cette période, il est possible que l’on soit arrivé à la même valorisation pour l’ensemble du marché, tout en appauvrissant les investisseurs par le biais de frais plus élevés pour payer les services plus onéreux des gestionnaires actifs. Je le rappelle (voir ce billet), la gestion active est au mieux un jeu à somme nulle. La majorité des investisseurs y perdent, c’est purement mathématique!

Le prix marginal

La valeur d’une action est déterminée par le dernier prix payé, soit le prix marginal. Peu importe ce qui s’est passé dans les mois ou les années précédentes, c’est la dernière transaction qui importe. Lorsqu’une nouvelle information qui change la valeur perçue d’une entreprise est publiée, par exemple, lors de la publication de résultats financiers, le prix en bourse change presque instantanément. Il n’est pas nécessaire pour tous les investisseurs de vendre pour que le prix s’ajuste, quelques nouvelles transactions suffisent pour que le prix de l’action reflète la nouvelle valorisation de l’entreprise.

Le fait qu’une partie de l’actionnariat d’une entreprise soit fait à travers des fonds passifs n’y change rien. Ce n’est pas parce que plus de capitaux sont dirigés en gestion passive que le mécanisme de découverte de prix des marchés disparaît. Il faudrait que la quasi-totalité des actions d’une entreprise soit détenue à travers des fonds indiciels pour que ça pose problème. Ça n’arrivera vraisemblablement jamais.

En mars 2000, au sommet de la bulle technologique, il y avait peu d’actifs indiciels par rapport à aujourd’hui. Cette réalité n’a pas empêché les marchés de valoriser certaines sociétés à des niveaux stratosphériques.

La capitalisation boursière aux États-Unis

L’ensemble du marché boursier américain vaut environ 32 billions (32 000 milliards). Le S&P500, représentant les 500 plus grandes entreprises et environ 75% du marché total américain, vaut environ 24,4 billions. Enfin, les entreprises du Russell 3000, qui représente 98% du marché, valent environ 31 billions. Même si plusieurs milliers d’entreprises trop petites pour être incluses dans le Russell 3000 sont sous-évaluées, l’impact sur la valorisation totale du marché sera faible.

Bref, de parler d’une bulle dans les fonds indiciels pour justifier une sous-évaluation de certains titres de petites capitalisations ou d’avancer que la croissance importante de l’investissement passif est un risque pour la stabilité des marchés ne reflète pas le fonctionnement réel des marchés. Les marchés semblent peut-être chers, mais il faut trouver la cause ailleurs. À suivre dans un prochain billet de blogue.

N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue. Suivez-nous aussi sur Facebook.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

Les fonds boudent trop le Canada

Édition du 19 Octobre 2019 | Stéphane Rolland

Or, les raisons qui faisaient que ce choix était une bonne décision sont en train de changer.

Un secret qui peut valoir des centaines de milliers de dollars

12/04/2019 | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. Ces fonds de placement méconnus peuvent être très avantageux sur le plan fiscal.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Bourse: un scénario émerge pour 2020

BLOGUE. Le rétablissement de l'économie et des profits domine les pronostics, mais la Bourse a pris les devants.