Protéger son portefeuille de la chute du dollar canadien

Publié le 05/12/2014 à 13:50

Protéger son portefeuille de la chute du dollar canadien

Publié le 05/12/2014 à 13:50

BLOGUE. C’est un thème récurrent depuis quelque temps déjà, le dollar canadien baisse. Il a touché aujourd’hui un nouveau bas de plusieurs années par rapport au dollar américain. À mon avis, le meilleur moyen pour un investisseur canadien de limiter l’impact de cette baisse sur son portefeuille d’actions est d’investir à l’international (notamment aux États-Unis) sans couvrir le risque de change. Vous le faites déjà implicitement si vous achetez des titres en dollar américain dans votre portefeuille.

Ce qui est moins connu c’est que les gestionnaires de portefeuilles peuvent décider ou non de couvrir le risque de devise. Ainsi, plusieurs produits d’investissement, tel que les fonds négociés en bourse (FNB) sont disponibles en plusieurs versions, l’une couverte pour la devise (CAD-Hedged) et l’autre non. La version non couverte telle que le BMO S&P 500 Index ETF (ZSP) est préférable à long terme pour les investisseurs canadiens à la version avec couverture de devises si vous acceptez, comme moi, qu’il soit difficile de prévoir les variations de devises.

L’impact sur les rendements peut être très important. Au 30 novembre, le ZSP avait généré un rendement de 22.19% depuis le début de l’année alors que le ZUE (la version couverte pour la devise) avait généré un rendement 13.93%. L'écart s’explique en grande partie par la dévaluation du dollar canadien, mais ça illustre aussi le fait que l’économie canadienne et les matières premières ont connu une année difficile. Pour en savoir plus sur les raisons qui justifient de ne pas couvrir le risque de devise, je vous invite à lire cet article de mon blogue paru il y a près d'un an (je vous avais dit que c’est un thème récurrent!) : L'impact de la chute du dollar canadien sur le choix de vos FNB.

Faites attention toutefois de ne pas tomber dans le piège de la classe d’actif à la mode. Au cours des dernières semaines, plusieurs économistes prédisent que les meilleurs rendements en 2015 proviendront du marché américain. J’aimerais bien avoir une telle boule de cristal. Un portefeuille diversifié doit évidemment inclure une exposition au marché américain, mais la décision d’allocation devrait se baser sur une diversification des risques dans le portefeuille et non pas selon le marché qui a obtenu le meilleur rendement au cours de la dernière année.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). « Les FNB démystifiés » est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada. Suivez-nous aussi sur Twitter et facebook.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Bourse: un scénario émerge pour 2020

BLOGUE. Le rétablissement de l'économie et des profits domine les pronostics, mais la Bourse a pris les devants.