Voyager et faire progresser sa carrière

Publié le 26/07/2019 à 06:04

Voyager et faire progresser sa carrière

Publié le 26/07/2019 à 06:04

L'occasion de grandir intérieurement... (Photo: Chris Fuller/Unsplash)

L’éducation par le voyage, j’y crois profondément. C’est à la fin de mes études secondaires que je suis partie pour la première fois sans mes parents, à l’occasion d’un voyage scolaire en Europe. J’ai aussitôt eu la piqûre.

Depuis, j’ai voyagé sur tous les continents, seule, en couple ou avec mes enfants.

Je le mentionne souvent en conférence, le tour du monde que j’ai fait en 2005-2006 a été déterminant pour moi, il a eu un impact majeur dans toutes les sphères de ma vie.

Mais attention. Voyager, ça n’a rien à voir avec partir en vacances, c’est aller de découverte en découverte, c’est grandir grâce à un tout autre état d’esprit. Oui, voyager, c’est l’occasion de…

1. Voir les choses autrement

Voyager permet d'apprendre à prendre du recul face à notre quotidien. En voyage, comme dans la vie, les choses ne se passent pas toujours comme on l’avait planifié… et c’est ça la magie du voyage.

À l’ère d’Internet et de toutes les applications qui nous assistent en voyage, il est crucial de laisser de la place aux imprévus : explorer des ruelles qui ne sont pas indiquées dans Google Maps, visiter des sites qui ne sont pas répertoriés par les guides, rencontrer de nouvelles personnes, etc. Car c’est ainsi que nous pouvons voir les choses autrement, et même nous mettre à la place d’autrui, ce qui est une compétence aujourd’hui essentielle au travail.

2. Accepter la différence

En voyage, j’entends souvent des touristes comparer ce qu’ils voient, sentent et goûtent à ce qu’ils connaissent déjà chez eux. Ils se contentent de juger, et ce faisant, ratent l’occasion qui leur est offerte d’embrasser la nouveauté telle qu’elle est.

Or, on gagne à s’immiscer dans une culture différente de la nôtre, à en savourer ce qui en fait le sel. À plus forte raison en cette ère où le monde du travail se doit d’être de plus en plus inclusif.

Je me souviendrai longtemps d’avoir été la seule femme blanche dans un quartier de Nairobi, la capitale du Kenya, ou encore d’avoir été celle dont la peau ne dégageait pas les mêmes odeurs que les odeurs locales dans un autobus en Inde, environnée d’enfants riant «affectueusement» de moi pour cela…

3. Connaître ses limites & savoir les respecter

C’est souvent en voyage qu’on tente de nouvelles expériences, qu’elles soient gastronomiques, sportives ou autres. Du coup, plus on voyage, plus on fait appel à son discernement, et plus on exerce son intuition. Ce qui nous amène à écouter à répétition cette petite voix intérieure qui nous dit tantôt «Vas-y, fonce!», tantôt «Sois sage, retiens-toi!».

Voyager nous apprend à connaître nos limites ainsi qu’à les respecter. À résister à la pression sociale. Ou encore, à considérer les limites des autres – ceux qui nous accompagnent, ceux qui nous reçoivent… – dans nos prises de décision.

En tant que collègue, patron ou associé, développer sa capacité à exprimer ses limites, à demander de l’aide et à offrir son soutien à autrui, c’est la clé du succès. Car on agit dès lors en leader conscient et authentique, peu importe notre rôle au sein de l’organisation dans laquelle nous évoluons.

4. Développer une réelle confiance en soi

En voyage, on perd nos repères, surtout si l’on ne parle pas un traître mot de la langue locale. Les choses les plus simples deviennent dès lors complexes : commander un plat, prendre un transport en commun… Résultat? C’est là une occasion en or de… gagner en confiance en soi!

Pourquoi? Parce que le simple fait de sortir ainsi de notre zone de confort nous pousse à puiser dans nos talents les plus profonds, ceux qui ne s’appuient pas sur nos connaissances et nos acquis. Parce que, malgré tout, nous parvenons à nous nourrir, à nous déplacer dans une ville inconnue, ou encore à avoir une discussion intéressante avec les gens du coin, en dépit de tous les bâtons qui sont dans nos roues. Parce que cette expérience va vite être inoubliable pour vous.

Une fois de retour au travail, vous constaterez que la nouveauté et le changement vous angoissent nettement moins, tout bonnement parce que, mine de rien, vous aurez une plus grande confiance en vous-même.

5. Poser de meilleures questions

À force de demander votre chemin, un conseil ou un renseignement à des gens que vous «dérangez» et qui souvent parlent une langue différente de la vôtre, vous finissez pas réaliser l’importance d’aller droit au but : poser rapidement la bonne question afin d’obtenir rapidement la bonne réponse. Par saisir l’importance de vous adresser à autrui de manière courtoise et directe, dans un souci d’efficacité.

Et c’est ainsi que, de retour au travail, vous vous découvrirez plus empathique, pour ne pas dire plus influent que jamais…

6. Créer rapidement des relations fortes

En voyage, on rencontre souvent des personnes avec qui on crée des liens forts très rapidement. Il peut s’agir de personnes locales ou d’autres touristes. Ce phénomène s’explique par le fait qu’on est alors présent de corps et d’esprit à la conversation.

C’est d’ailleurs là le grand secret des leaders : la capacité à être présent à l’autre, à s’ouvrir à ses idées, à ses besoins, etc. N’est-ce pas?

Bref, la beauté du voyage, c’est qu’il est toujours riche en expériences de vie marquantes et en émotions intenses. Il ne nous éloigne aucunement de nos problèmes, au contraire, il nous donne l’occasion – et la force – de parcourir en nous-mêmes autant de kilomètres que nous en effectuant à l’extérieur. Ce qui n’a pas de prix.

Bien. Maintenant, je vous souhaite le plus beau des voyages, cet été!

 

À propos de ce blogue

Vous faites face à des défis complexes ? Geneviève Desautels dévoile ici des cas réels auxquels des dirigeants ont été exposés. Et puisqu’il y a toujours une solution, la saine distance et l’expertise de la consultante, coach certifiée, présidente d'Amplio Stratégies, illuxi et Examen Dux, éclaireront votre prise de décision.

Geneviève Desautels

Sur le même sujet

Québec met le cap sur la requalification des chômeurs de la pandémie

Le gouvernement injecte 91 M$ d'ici deux ans dans des programmes de formation de main-d'oeuvre.

Des Canadiens profitent de la pandémie pour se réorienter

Environ le quart des Canadiens ont changé d'emploi ou de carrière depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Blogues similaires

Les «buzzwords» polluent-ils votre marketing?

11/03/2021 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Entre vocabulaire à la mode et langue de bois, il n’y a souvent qu’un pas...