Une difficulté épeurante? Voici comment changer de perspective!

Publié le 25/08/2020 à 08:00

Une difficulté épeurante? Voici comment changer de perspective!

Publié le 25/08/2020 à 08:00

Apprendre à rompre avec nos petites habitudes... (Photo: Jan Piatkowski pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. Que ce soit à l’échelle de l’individu, de l’équipe ou de l’organisation, force est de constater que nos façons de penser, d’être et d’agir deviennent souvent des réflexes plus ou moins conscients qui se transforment en habitude, voire en culture organisationnelle même lorsque les résultats ne sont pas optimaux.

Par exemple, il n’est pas rare qu’une personne fasse un bilan de son cheminement professionnel pour constater qu’elle rencontre des enjeux relationnels similaires d’un emploi à l’autre bien que ceux-ci se présentent d’une façon différente dans chacun de ses emplois.

Une équipe peut vivre le même type de difficultés chaque fois qu’elle franchit une étape particulière d’un projet, et ce, même si les projets varient en termes d’envergure et de thématique.

Une organisation peut adopter des processus et procédures efficaces - un modèle a priori efficace -, mais qui ne permettent pas le plein développement des talents; après un certain temps, ceux-ci vont provoquer un taux de roulement important qui nuiront à la croissance et au développement de l’organisation.

Christophe Roux-Dufort, professeur au département de management de l’Université Laval, a dit, en parlant de la pandémie dans un article publié dans la Revue Gestion: «Une crise qui éclate aujourd’hui correspond toujours au rejet des questions auxquelles on n’a pas voulu répondre. (...) Et les crises de demain seront le rejet des questionnements d’aujourd’hui.»

À ce sujet, j’aime un expression anglaise qui résume bien le propos de M. Roux-Dufort en ce qui concerne l’échelle individuelle: «It will show up until you show up». Elle nous rappelle l’importance de changer de perspective lorsqu’on est confronté à une difficulté, de chercher à s’en départir plutôt que de se battre contre elle, de ne pas nous contenter de nous reposer - une fois de plus - sur notre modèle habituel pour la surmonter.

Sachant qu’on a tous un certain niveau d’énergie, qui se renouvelle et s’entretient avec de saines habitudes de vie, l’exercice de notre leadership individuel et collectif consiste donc à choisir consciemment ce sur quoi et comment on entend aborder l’obstacle qui se présentent à nous. Ce qui peut se faire grâce aux trois astuces suivantes:

1. Changer de perspective. Les difficultés se présentent à nous, et il est de notre responsabilité de reconnaître l’enseignement qui est derrière chacune d’entre elles.

Certes, nous ne les reconnaîtrons pas toutes, pas plus que nous ne parviendrons à toutes les surmonter. Mais sachez que les enseignements «manqués» reviendront toujours sous une autre forme si vous les laisse« passer... Donc, concentrez-vous et abordez avec curiosité ce qui se cache derrière une difficulté, en prenant un peu de recul, histoire de parvenir à regarder la situation dans sa globalité.

2. Identifier le modèle entrant en oeuvre. Comment réagissez-vous habituellement face au type de difficulté rencontré? Concrètement, que feriez-vous pour surmonter ou contourner l’obstacle en question?

Et si, pour cette fois, vous faisiez face à cet enjeu en le regardant avec confiance… Et si, pour cette fois, vous décidiez d’apprendre quelque chose de ce que vous êtes en train de vivre… Et si, pour cette fois, vous décidiez d’en tirer du positif, au lieu de trembler face au défi qu’il va vous falloir relever...

3. Se détacher du résultat. Bien qu’il soit judicieux de faire des plans d’action et de viser des objectifs ambitieux, l’art de ne pas retomber dans nos modèles réside dans notre capacité individuelle, d’équipe et organisationnelle de ne pas s’attacher émotionnellement aux résultats.

Faute d’arriver à nous détacher des résultats, la peur risque fort de prendre le dessus et de nous faire retomber dans nos modèles habituels. Et ce, alors qu’il est tout à fait possible de miser sur notre corps, notre tête et notre âme, de nous faire confiance pour avancer et trouver une solution inédite, pour ne pas dire originale. Qu’il est tout à fait possible de tirer des enseignements de la situation vécue, et donc, de progresser.

Posologie. Pour gagner en efficacité, cette opération se doit d’être répétée aussi souvent que possible. Car c’est ainsi qu’on peut vraiment se développer en tant que leader authentique et conscient de notre propre vie, comme leader d’équipe, comme leader de leaders et comme leader d’influence auprès de nos familles, collègues et de l’ensemble de la société.

À propos de ce blogue

Vous faites face à des défis complexes ? Geneviève Desautels dévoile ici des cas réels auxquels des dirigeants ont été exposés. Et puisqu’il y a toujours une solution, la saine distance et l’expertise de la consultante, coach certifiée, présidente d'Amplio Stratégies, illuxi et Examen Dux, éclaireront votre prise de décision.

Geneviève Desautels

Sur le même sujet

Maudit syndrome de l'imposteur!

18/01/2022 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Ça y est, j'ai le poste de mes rêves! Mais je vais me planter, c'est sûr. J'en ai perdu le sommeil...»

Mesdames, gare au «feedback» négatif!

13/01/2022 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Mon évaluation de fin d'année m'a complètement démoralisée. Comment remonter la pente?»

Blogues similaires

Les «buzzwords» polluent-ils votre marketing?

11/03/2021 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Entre vocabulaire à la mode et langue de bois, il n’y a souvent qu’un pas...