Osez vous spécialiser

Publié le 30/10/2016 à 13:33

Osez vous spécialiser

Publié le 30/10/2016 à 13:33

(Photo: 123rf.com)

Je suis de la génération où mes parents m’ont fortement encouragée à faire des choix scolaires et professionnels qui m’ouvriraient le plus de portes possibles. Je me souviens très bien des longues heures d’échanges alors que j’avais négocié de m’inscrire dans un programme général en sciences humaines avec maths au lieu des sciences pures. Pas Suffisamment de talent en sciences pour y faire carrière.  

Découvrez mes billets précédents 

Suivez-moi sur Facebook et Twitter

C’est ainsi que je suis entrée sur le marché du travail en cherchant à être le plus généraliste possible. Et le plus diversifié possible. J’ai eu un parcours professionnel dans la petite, la moyenne et la grande entreprise tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Je m’assurais ainsi d’être exposée dans des environnements différents et pouvais affirmer que j’étais une généraliste en ressources humaines.

Lorsque j’ai démarré mon entreprise, mes mentors m’ont rapidement démontré l’importance de me spécialiser. Ils me répétaient constamment : « il faut que les gens pensent à toi en lien avec quelque chose de précis. Le pourquoi tu es la meilleure au Québec ? »

J’avoue que c’est épeurant de se spécialiser car cela implique des deuils comme j’en faisais état dans mon article de la semaine dernière.

On a tendance à croire que plus nous serons généralistes plus les clients vont nous demander de collaborer avec eux. Après six ans, je vous affirme que mon meilleur atout est de m’être positionnée sur une mince ligne où il y a certes d’autres joueurs mais où on pense à moi pour un besoin spécifique, auquel je sais répondre efficacement.

Que vous soyez employé, professionnel, gestionnaire ou entrepreneur, je vous invite à prendre en charge votre « moi inc. ». Définissez une spécialité qui soit en lien exclusivement avec vos talents, vos préférences et vos intérêts. 

Si vous osez vous spécialiser, vous serez dans le 5% des personnes qui ont une carrière ou un métier où les avantages et la rémunération sont largement plus élevés que la moyenne.

Ca vaut la peine d’oser, non ?

 

 

À propos de ce blogue

Vous faites face à des défis complexes ? Geneviève Desautels dévoile ici des cas réels auxquels des dirigeants ont été exposés. Et puisqu’il y a toujours une solution, la saine distance et l’expertise de la consultante, coach certifiée, présidente de Amplio Stratégies et Univers interactif, éclaireront votre prise de décision.

Geneviève Desautels

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Le déclin d'Apple est amorcé

BLOGUE INVITÉ. Des signes avant-coureurs ne trompent pas...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.