Êtes-vous occupés à être occupé?

Publié le 23/09/2020 à 08:00

Êtes-vous occupés à être occupé?

Publié le 23/09/2020 à 08:00

Une perte conséquente en énergie... (Photo: Fabrizio Verrecchia pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. Ces deux dernières semaines, grâce à la magie des rencontres à distance, j’ai été en contact avec plus de 1.000 personnes du Québec, de la France et de la Belgique. À chacune d’elles, j’ai d’emblée demandé deux choses:

- Indiquez votre niveau d’énergie actuel sur une échelle de 1 à 10.

- Exprimez à voix haute votre priorité pour aujourd’hui.

Si les réponses à la première me font craindre le pire pour cet automne, entre autres à cause du changement de luminosité qui entraîne toujours une baisse d’énergie et affecte le moral, ce sont celles à la seconde, comme «Je suis occupé», «Je ne sais plus» et «Je ne me pose même plus cette question», qui me préoccupent davantage.

Pourquoi? «Quand on ne sait pas où l’on va, tous les chemins mènent nulle part.» Cette citation d’Henry Kissinger nous rappelle en effet notre besoin viscéral de créer du sens. Or, au quotidien, il nous appartient de prioriser nos pensées et nos actions afin d’être en mesure de diriger notre attention - notre focus, si vous préférez - vers une intention, un but, un objectif.

L’auteur et conférencier Robin Sharma affirme ainsi que 85% des gens sont «occupés à être occupés», ce qui les empêche d’être productifs dans ce qu’ils font; et ce, dans toutes les sphères de leur vie.

La première étape pour s’assurer de ne pas laisser fuir notre potentiel et nos talents dans un cercle qui influence négativement notre niveau d’énergie global et notre sentiment de compétence personnel est de prendre conscience que nous sommes sur le pilote automatique. C’est ce qui fait qu’à la fin d’une demi-journée ou d’une journée on a l’impression de n’avoir pas fait grand chose tout en sachant pourtant que l’on a travaillé fort, et pis, sans être en mesure de rattacher le tout à un objectif, une priorité, une intention définie.

Il est donc important de faire le constat que nous avons négligé depuis un certain temps de pratiquer notre capacité à prioriser, à nous concentrer sur une seule chose à la fois - une rencontre, un dossier, un défi, une priorité -, et de réaliser à quel point prendre ou reprendre cette habitude nous rendra plus productif et heureux. C’est que le sentiment d’accomplissement est essentiel pour stimuler notre motivation et notre engagement à contribuer à une cause plus grande que nous-même.

L’importance de ne pas remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui et de bien faire les choses du premier coup vous rappelleront sûrement les bons conseils de vos enseignants. Ces saines habitudes de vie et de travail sont d’autant plus importantes à intégrer dans votre quotidien alors que nous sommes sollicités de toutes part et que nous connaissons de multiples transformations en tant qu’individu, famille, équipe, organisation et même société .

La deuxième étape consiste à faire des choix conscients en tant que leader authentique et conscient de votre propre vie; et ce, peu importe votre rôle, vos responsabilités et vos ambitions.

Certes, il est parfois déchirant de faire des choix. Cela prend du courage, car comme l’énonce si bien cette citation d’André Gide: «Choisir, c’est renoncer».

Je vous invite donc à faire émerger le courage d’oser choisir une priorité du jour et de vous assurer qu’elle soit réalisée de façon à vous rendre heureux.

La troisième et dernière étape consiste à constater les résultats de vos nouveaux choix sur vos 4 niveaux d’énergie et sur le feedback que vous recevrez de la part de ceux qui vous entourent et qui collaborent avec vous.

Comme pour tous les changements, le cycle du 3 jours, 3 semaines et 3 mois s’applique ici pour vous inviter à persévérer durant l’étape la plus difficile, celle qui consiste à déconstruire une ancienne habitude tout en gardant le focus sur la nouvelle habitude à intégrer.

Par la suite, viendra l’étape de l’installation de la nouvelle habitude sans nécessairement que vous puissiez constater des résultats tangibles rapidement.

Enfin, viendra l’étape de l’intégration, qui vous permettra de constater le chemin parcouru et les résultats positifs. Vous serez alors à même d’affirmer que pour rien au monde vous retourneriez à votre ancienne habitude ou mode de vie.

Bref, bien que ce soit socialement accepté, voire valorisé, d’être «occupé» et «débordé», je vous invite à éviter d’affirmer sans cesse que vous avez beaucoup de choses à réaliser. Vous pouvez prendre l’habitude lorsqu’on vous pose la question sur votre emploi du temps de répondre qu’aujourd’hui vous vous êtes fixé une priorité et que vous êtes confiant que vous allez la réaliser avec succès. Et si vous êtes un leader d’équipe, je vous invite à questionner vos collaborateurs sur leur priorité, car cela les aidera à ne plus chercher à s’occuper.

À propos de ce blogue

Vous faites face à des défis complexes ? Geneviève Desautels dévoile ici des cas réels auxquels des dirigeants ont été exposés. Et puisqu’il y a toujours une solution, la saine distance et l’expertise de la consultante, coach certifiée, présidente de Amplio Stratégies et Univers interactif, éclaireront votre prise de décision.

Geneviève Desautels

Sur le même sujet

1 Québécois sur 2 veut vraiment changer d'employeur

22/10/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Ils l'envisagent «sérieusement», disent-ils. Car ils ressentent un horrible sentiment d'isolement...

Voici venue l'heure de gloire des «soft skills»!

BLOGUE INVITÉ. Nous vivons tous une période de grands changements. La bonne nouvelle, c'est que le positif s'en vient...

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

La 2e vague ne doit pas avoir raison de votre marque employeur

Édition du 14 Octobre 2020 | Stéphanie Kennan

MARKETING B2B. Alors que pour les uns, l'attraction de talents est facilitée par la disparition de la Prestation...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.