Vente des actions de PKP: cette solution a-t-elle une chance?

Publié le 12/03/2014 à 19:44

Vente des actions de PKP: cette solution a-t-elle une chance?

Publié le 12/03/2014 à 19:44

Pierre Karl Péladeau doit-il vendre ou non, sa participation dans Québecor? Les experts en gouvernance Yvan Allaire et Michel Nadeau viennent de suggérer une avenue de solution intéressante. Mais a-t-elle une chance?

Messieurs Allaire et Nadeau suggèrent de prendre les actifs médias qui sont dans Québecor et de les transporter dans la société TVA. Les actifs visés sont essentiellement les participations dans les médias Sun, le Journal de Montréal et le Journal de Québec (et les journaux régionaux si leur vente à TC Transcontinental n'est pas approuvée par le Bureau de la concurrence).

Québecor détient 51,4% de participation économique dans TVA, mais 99% des droits de vote, grâce à des actions multivotantes. Pour racheter ces actifs, TVA effectuerait une émission d'actions, de sorte qu'au final, sa participation économique descendrait sous les 50%. Il suffirait ensuite que, du même souffle, Québecor accepte de convertir ses multivotantes en actions ordinaires. Les voix de Québecor baisseraient ainsi sous les 50%, et l'on aurait une majorité d'administrateurs indépendants.

Une bonne idée?

Il faut saluer le travail de messieurs Allaire et Nadeau, qui fait nettement avancer la discussion et propose une solution intelligente.

Deux choses cependant.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Comme ils le reconnaissent eux-mêmes, une telle opération est effectivement difficile. Et tout dépend au final de ce que serait la hauteur du bloc d'influence de monsieur Péladeau.

Là où c'est complexe

Il faut d'abord que monsieur Péladeau accepte que Québecor renonce à ses multivotantes. Il est vrai que les activités médias ne pèsent plus pour beaucoup dans Québecor (12% des profits). La vache à lait est Vidéotron, et l'opération lui permettrait de garder le contrôle de son principal actif. Il n'en reste pas moins que monsieur Péladeau semble habité d'un profond sentiment de mémoire à son père, et que relâcher le contrôle de ces actifs ne doit pas être très facile émotionnellement. Il a aussi souvent dans le passé utilisé ses actifs pour la promotion de ses projets, ce serait une perte d'influence importante.

Cela dit, ce n'est pas ici que pourrait résider la plus grande difficulté. Pierre Karl Péladeau a dit en début de semaine qu'il se conformerait à une éventuelle décision du commissaire à l'éthique, ce qui est peut-être indicatif qu'il est prêt à envisager un tel scénario.

La grande difficulté réside plutôt dans l'intérêt que pourrait avoir les actionnaires minoritaires, et les administrateurs indépendants de groupe TVA à voter en faveur d'une telle opération.

TVA bénéficie déjà des synergies associées aux journaux de Québecor. À quoi bon investir dans une industrie dont les perspectives sont en déclin? Les résultats des médias imprimés connaissent des reculs importants. Selon eMarketer, le temps passer à la lecture des journaux américains est passé de 33 minutes par jour en 2009 à 22 minutes en 2012. La part de marché de l'enveloppe publicitaire globale a, quant à elle, chuté de 16,8% à 11,5%.

Il suffit de voir l'impact de telles tendances sur les résultats des différentes sociétés de journaux qui enchaînent compressions sur compressions.

Cette acquisition ne serait en rien stratégique pour TVA et on voit mal quel avantage elle en retirerait. À moins d'obtenir les actifs à rabais, ce qui transformerait l'opération en une occasion financière (un rapide pay back). Le problème est que, si les actifs sont cédés à rabais, ce sont alors les actionnaires minoritaires et les administrateurs indépendants de Québecor qui auraient motif de se plaindre.

Sans dire que l'opération est vouée à l'échec, sa probabilité de succès apparaît, à première vue, très faible. Il faudrait monter un plan de développement pour les journaux de Québecor pour que les minoritaires et les indépendants de TVA deviennent intéressé, ce qui n'est pas simple.

Et même si l'opération fonctionnait…

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?