SNC-Lavalin veut doubler, mais le marché ne semble pas vouloir

Publié le 08/05/2014 à 17:25

SNC-Lavalin veut doubler, mais le marché ne semble pas vouloir

Publié le 08/05/2014 à 17:25

Photo: Benjamen Nantel, Les Affaires

D'ici cinq ans, SNC-Lavalin souhaite doubler en grosseur et bien plus que doubler son bénéfice. Difficulté, le marché ne semble pas pour l'instant le vouloir.

Le grand patron Robert Card ne nous a pas vraiment étonné, à l'assemblée annuelle, jeudi, lorsqu'il a indiqué que SNC voulait doubler en grosseur d'ici cinq ans.

Il y a quelques mois, dans une entrevue éditoriale à Les Affaires, il avait laissé entendre la chose. Il avait indiqué que les entreprises concurrentes voyaient généralement leur bénéfice croître de 15% par année, et que si SNC n'y parvenait pas, elle prendrait un retard concurrentiel.

L'énoncé n'était pas aussi clair, mais le calcul mathématique l'était: 15% par année (composé), c'est un doublé sur cinq ans.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Monsieur Card nous pas mal surpris, cependant, en conférence de presse, lorsqu'on lui a demandé si, lorsqu'il parlait de doubler, il faisait référence aux revenus ou au bénéfice (le bénéfice avant impôts, intérêts et amortissements). "Le BAIIA devrait nettement plus que doubler (way more than double)", a-t-il dit, en précisant que son niveau actuel était inacceptable.

Comme pour se donner un petit coussin de sécurité, il a plus loin précisé que ce pourrait peut-être être sur sept ans.

Très clairement, SNC-Lavalin a l'intention de s'engager sur le chemin de la croissance pour se hisser dans le peloton des 20 à 40 plus grandes sociétés d'ingénierie/construction dans le monde. Elle est actuellement entre la 50e et la 80e position, selon l'évaluation de la direction.

C'est assurément une bonne nouvelle pour le Québec. Bien que monsieur Card indique qu'il faudra davantage décentraliser les décisions pour faire de SNC une société mondiale (60% des revenus viennent encore du Canada), une stratégie d'expansion garantit la présence d'un siège social important à Montréal. L'inertie ferait en sorte que la société risquerait de bientôt devenir une proie et bye-bye le centre décisionnel.

Mais le marché ne semble pas vouloir

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Bourse: que révèle l'humeur printanière des pros ?

BLOGUE. Les pros sont toujours aussi optimistes pour l'économie et les profits, mais certains paris s'essoufflent.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?