SNC-Lavalin: l'entorse au bilinguisme pour le nouveau patron

Publié le 14/08/2012 à 09:09, mis à jour le 14/08/2012 à 09:08

SNC-Lavalin: l'entorse au bilinguisme pour le nouveau patron

Publié le 14/08/2012 à 09:09, mis à jour le 14/08/2012 à 09:08

Faut-il être outré?

Faut-il être outré de la nomination d’un unilingue anglophone à la tête du fleuron québécois?

Ça dépendra en fait de la suite des choses.

En 2009, la nomination de Michael Sabia à la Caisse de dépôt et placement du Québec avait amené bien des déchirements de chemises sur la place publique. Monsieur Sabia était perçu comme un suppôt de fédéralistes et avait beaucoup de difficultés à s’exprimer en français. Trois ans plus tard, nombreux sont ses détracteurs de l’époque qui sont prêts à reconnaître qu’il a assez bien jonglé avec le volet nationaliste de la Caisse tout en créant du rendement. Il faut également le couvrir pour s’apercevoir comment lors de discussions un peu plus technique avec la presse anglophone, il a parfois tendance à chercher son vocabulaire anglais. Le français lui vient spontanément à l’esprit. Plus personne ne peut plus aujourd’hui lui faire de reproche d’ordre linguistique.

Avec les années, SNC-Lavalin est passée d’une envergure nationale à une envergure internationale. Il coule de source que le nombre de candidats avec une expérience internationale dans le secteur de l’ingénierie est restreint au Canada. Et qu’il peut être avantageux de sortir de sa juridiction pour aller voir si des talents exceptionnels et expérimentés ne se trouvent pas ailleurs. Sous cette perspective, la nomination de monsieur Card, est tout à fait logique. Il a occupé différents postes à la haute direction de CH2M Hill, une société d’ingénierie et de construction du Fortune 500. Il a aussi été, entre 2001 et 2004, sous-secrétaire du US Department of Energie, un organisme où il avait pour mission de superviser 65 000 employés fédéraux et contractuels, de même qu’un budget de 14 G$ US. (À titre de comparaison, le chiffre d’affaires de SNC est aujourd’hui sous les 8 G$).

Certains auraient peut-être souhaité voir quelqu’un de chez SNC s’amener aux commandes. Après tout, dira-t-on, il a jusqu’ici été possible de construire une société d’envergure internationale avec du talent provenant du Québec. Dans le contexte des allégations de corruption, il est cependant préférable d’avoir quelqu’un de l’externe pour s’assurer que le coup de balai est bien appliqué, si besoin est.

Malgré l’écart avec ce qui avait été initialement indiqué, on donnerait donc pour l’instant le bénéfice du doute au conseil d’administration de SNC. La barre est cependant haute pour monsieur Card. Il doit réussir à rétablir la confiance, et faire en sorte que la fierté des Québécois pour SNC revienne à son niveau d’il y a quelques mois. Il aura besoin pour ce faire d’une bonne maîtrise du français.

Bob Card doit entrer en fonction le 1er octobre. D’ici là, il ne serait peut-être pas fou de prendre quelques rendez-vous à l’avance avec le président de l’un de ses plus importants actionnaires : Michael Sabia.

SUR LE MÊME SUJET SNC-Lavalin: les analystes voient d'un bon œil l'arrivée d'un Américain

 

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

La Bourse à un carrefour

Édition du 13 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Fidèle à sa réputation, le mois de septembre a produit un déclin pour tous les ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?