SNC-Lavalin: l'entorse au bilinguisme pour le nouveau patron

Publié le 14/08/2012 à 09:09, mis à jour le 14/08/2012 à 09:08

SNC-Lavalin: l'entorse au bilinguisme pour le nouveau patron

Publié le 14/08/2012 à 09:09, mis à jour le 14/08/2012 à 09:08

Photo: Mathieu Lavallée

BLOGUE. SNC-Lavalin vient de choisir son nouveau chef de direction : Robert G. Card, un haut dirigeant américain d’une entreprise d’ingénierie et de construction, qui vient pour l’instant mettre fin à une longue tradition de bilinguisme à la tête du fleuron québécois.

À l’assemblée annuelle de SNC-Lavalin, au mois de mai, on avait posé la question : « Votre recherche de chef de direction est internationale, quelle est la probabilité qu’il vienne du Québec? ».

Derrière cette question se profilait l’historique de direction de la société au cours des dernières années avec des noms tels que Bernard Lamarre (à l’époque de Lavalin), Jacques Lamarre et Pierre Duhaime.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Réponse du président du conseil de SNC, Gwyn Morgan : il n’y a pas de critères de sélection prédéterminés, « si ce n’est qu’il soit capable de parler au moins les deux langues officielles ».

La lecture du communiqué de presse annonçant la nomination de monsieur Card permet de voir que le conseil a décidé de passer outre au prérequis. « Mon épouse Nancy et moi-même sommes heureux de déménager au Québec et particulièrement d’apprendre le français, afin de conserver vivant un héritage faisant partie intégrante de cette entreprise mondiale. Montréal, ville cosmopolite ouverte sur le monde, est un endroit parfait pour un siège social international », dit Bob Card à l’intérieur du communiqué.

À l’évidence, SNC a très bien « briefé » son nouveau chef de direction sur les enjeux auquel il devra faire face dans les prochains mois. Il apparaît surtout très clair cependant que c’est le conseil d’administration de SNC qui parle par la bouche de monsieur Card lorsqu’il fait allusion à « Montréal, ouverte sur le monde ». Une façon de placer le cadre de discussion et de dire que le Québec doit être ouvert à ce que des étrangers dirigent ses symboles.

Faut-il être outré?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Un rentrée boursière empreinte d’optimisme nerveux

Édition du 08 Septembre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Même si sept mois consécutifs de gains pour les grands indices canadien et américains et ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?