Québec fait-il une erreur avec Port-Daniel?

Publié le 03/02/2014 à 17:41, mis à jour le 04/02/2014 à 09:10

Québec fait-il une erreur avec Port-Daniel?

Publié le 03/02/2014 à 17:41, mis à jour le 04/02/2014 à 09:10

C'est à la fois un vent d'enthousiasme et de réprobation qui souffle sur le Québec depuis l'annonce, la semaine dernière, d'une cimenterie de 1G$ à Port-Daniel, en Gaspésie. Qui a raison?

Deux questions sont particulièrement intéressantes à discuter.

1-Le projet de Port-Daniel sera-t-il rentable?

2-S'il l'est, la participation de l'État est-elle raisonnable?

La rentabilité de Port-Daniel

Laurent Beaudoin et la Caisse de dépôt n'ont pas l'habitude de mettre leurs billes dans des projets qui n'envoient pas de signaux de rentabilité.

Mais l'erreur est humaine et le plan d'affaires n'est malheureusement pas public.

Une étude parrainée par les cimentiers concurrents du Québec (qui sont pour la plupart propriété de multinationales) envoie pendant ce temps un signal douteux de rentabilité.

Les auteurs, Colin Sutherland et David Chereb, notent que la demande en ciment a été en 2013 de 17,2 millions de tonnes métriques dans le nord-est de l'Amérique du nord. Le chiffre est à mettre en relation avec une capacité de production de 20 à 21,5 millions de tonnes, selon que les cimenteries du secteur tournent à 90 ou 95% de leur capacité.

Selon l'étude, le marché du ciment est en nette surcapacité de production. Et il ne reviendra en équilibre que vers 2020-2021.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

C'est beaucoup plus loin que le milieu de 2016, où l'on prévoit la mise en service de Port-Daniel. C'est dire que la nouvelle cimenterie risque de venir ajouter de l'offre dans un marché encore en surcapacité pour quelques années. Et qu'elle devra casser les prix pour prendre du marché. Il ne s'agit pas de dire que la rentabilité est impensable, mais, pour les premières années du moins, on ne peut pas réellement parler d'un fort signal. Le doute est important.

Évidemment, cette étude est contestée par les promoteurs. Ciment McInnis voit plusieurs cimenteries américaines fermer dans les prochaines années, en raison des investissements environnementaux nécessaires. L'étude ne postule aucune fermeture. En revanche, elle ne postule pas non plus l'arrivée des 2 millions de tonnes supplémentaires qu'amènera Port-Daniel. Sur une base macro, la situation de surcapacité jusqu'en 2020-2021 semble donc quand même se défendre.

Attention à la macro-économie, renchérit cependant Ciment McInnis. Toutes les régions ne tournent pas à la même vitesse dans le nord-est des États-Unis. En certains endroits, la demande est bonne et l'offre moins bonne. Le ciment est un produit qui voyage mal de manière terrestre. Port-Daniel entend plutôt alimenter par bateau les zones côtières les plus intéressantes. Du 1G$ que coûte le projet, 200 M$ sont réservés pour le réseau de distribution nord-américain et serviront principalement à la construction de terminaux et d'entrepôts portuaires.

Cette stratégie micro est intéressante. Malgré la surcapacité actuelle, le plus gros acheteur de ciment au Québec, Béton Provincial, est réputé importer à peu près tout son ciment par bateau, parfois même de l'Asie. Si l'Asie est capable de s'en venir vendre du ciment de façon concurrentielle au Québec, on voit mal comment Port-Daniel, avec des distances à parcourir nettement moindre, ne serait pas en mesure de le faire avec une meilleure marge.

Cette stratégie n'est cependant pas sans soulever une autre question. Près de 50% de la demande mondiale en ciment origine actuellement de la Chine. C'est insoutenable. Un pays qui pèse pour 20% de la population mondiale ou 11% du PIB ne peut éternellement continuer à afficher une telle demande. La Chine passe à une économie de consommation et la Deutsche Bank soutenait récemment que la demande en ciment allait bientôt atteindre un sommet pour ensuite reculer. C'est dire que viendra un moment où un excédent de capacité se présentera en Asie et que plus d'offre pourrait bien prendre la direction de l'Amérique. Un très mauvais signal pour les prix.

À cela McInnis répond toutefois qu'il n'y a pas 2% de la production de ciment dans le monde qui soit en position côtière. Dit autrement, Port-Daniel, grâce à ses installations modernes et à sa position géographique, demeurerait avantagée.

Que conclure?

Il semble effectivement y avoir un bon signal d'investissement à long terme dans ce projet. Mais le risque d'exécution est important et les premières années risquent d'être difficiles. Il n'est pas à exclure que de nouveaux apports en capitaux soient nécessaires, ce qui pourrait occasionner une perte d'investissement à certains, dont le gouvernement.

Ce qui nous amène à la deuxième question.

2-L'investissement de l'État est-il raisonnable?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Un rentrée boursière empreinte d’optimisme nerveux

Édition du 08 Septembre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Même si sept mois consécutifs de gains pour les grands indices canadien et américains et ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?