Pouliot - Redevances minières: taxer le surprofit est-il folie?

Publié le 13/03/2013 à 09:23, mis à jour le 13/03/2013 à 09:23

Pouliot - Redevances minières: taxer le surprofit est-il folie?

Publié le 13/03/2013 à 09:23, mis à jour le 13/03/2013 à 09:23

Faut-il taxer le surprofit?

Voici l'autre question. Et sans doute la plus importante de ce forum.

Qu'est-ce que le surprofit?

Sans aller trop loin dans les détails techniques, c'est tout le profit qui se trouve au-delà du rendement auquel s'attend un investisseur lorsqu'il place dans une entreprise. Le rendement attendu par un investisseur est ce qu'on appelle le taux de rendement interne. C'est un chiffre qui varie selon les risques d'un projet, selon les secteurs, selon le niveau d'emprunt et souvent aussi, selon l'humeur ambiante. Professeur à l'UQAM, Yvan Allaire s'est penché sur la question. Il cite un bulletin de Ressources naturelles Canada, qui, en 2011, a déterminé que le taux de rendement interne pour un projet minier moyen est de 15% (avant taxes et impôts) et de 30% pour un projet très rentable.

Les exemples fournis par monsieur Allaire permettent de voir que s'il prenait une cote de 30% lorsque les profits dépassent une attente à 15%, sur certaines années fortes, le trésor public pourrait encaisser entre 70% et 100% plus de revenus que dans le régime actuel. Dépendamment de la force des surprofits, les sociétés minières conserveraient des rendements internes de 17 à 30% sur leurs investissements. Plus élevés que l'attente.

L'approche est défendable, surtout que le gouvernement est prêt à garantir un rendement annualisé (les années de pertes seraient reportées dans le futur) au minières avant de se servir.

Idée exécutable? Ça c'est une autre histoire.

Peut-être dans le fer, où la compétition vient beaucoup de Chine et de l'Australie. La Chine a des coûts de production plus élevés, ce qui, au plan de la compétitivité internationale, nous laisse de la place pour majorer. L'Australie a des coûts de production beaucoup moins élevés, mais un régime un peu plus gourmand, ce qui laisse encore ici un peu de place (quoique que pas tellement selon une autre étude de PricewaterhouseCoopers).

Dans les autres métaux (or, cuivre, nickel, zinc, etc.), on voit mal cependant ce qui inciterait les autres minières à continuer à investir ici si Québec est la seule juridiction en Amérique à implanter un régime qui force les sociétés à partager davantage dans les années les plus payantes.

Il faudrait pour cela convaincre d'abord les autres provinces (particulièrement l'Ontario, la Colombie-Britannique et Terre-Neuve) d'adhérer à une approche apparentée. Et probablement après coup, aller aussi sonner à la porte du Mexique et du Chili, dont les taux d'imposition effectifs ressemblent actuellement à ceux du Québec.

Sans de tels accords, l'idée apparaît avoir une faible probabilité de succès. Et une forte probabilité de destruction de valeur.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Sur le même sujet

Que nous apprennent les budgets sur les orientations des gouvernements?

Édition du 04 Mai 2019 | Mia Homsy

EXPERTE INVITÉE. Au-delà de la pluie de chiffres que nous présentent les budgets gouvernementaux, ces documents ...

Quatre ans, 12 idées

Édition du 09 Mars 2019 | Julie Cailliau

François Legault et moi avons maintenant quelque chose en commun. Quelqu'un, devrais-je dire : François Pouliot. ...

Blogues similaires

Bourse: un peu d'espoir, avant la grande rentrée

BLOGUE. En septembre, la Fed et la BCE donneront un autre coup de pouce monétaire à l'économie.

Investissement valeur: si c'est si simple, pourquoi tout le monde ne le fait pas?

BLOGUE INVITÉ. L’investissement valeur est simple, mais il est loin d’être facile à appliquer!