Pouliot - Best Buy: ce ne pourrait être qu'un début

Publié le 01/02/2013 à 09:17, mis à jour le 04/02/2013 à 15:50

Pouliot - Best Buy: ce ne pourrait être qu'un début

Publié le 01/02/2013 à 09:17, mis à jour le 04/02/2013 à 15:50

C'est avec surprise que l'on a appris mercredi la fermeture d'une quinzaine d'établissements Best Buy, dont quatre au Québec. À bien y regarder, il n'y a cependant pas à se surprendre. Et, malgré la volonté déclarée de la société de réinvestir dans de plus petits formats, il est permis de se demander si d'autres compressions ne viendront pas bientôt.

Best Buy traverse des jours difficiles. Depuis 2011, ses ventes et sa rentabilité sont sous pression. L'an dernier seulement, son titre a coupé en deux.

Les affaires vont cahin-caha dans le secteur de l'électronique, alors que l'effondrement du secteur de la construction aux États-Unis a notamment fait fondre les ventes de téléviseurs. Non seulement il y a moins de monde pour un même nombre de détaillants, mais le consommateur semble aussi avoir appris à bien comparer les prix des produits. Pourquoi ne pas aller chercher les explications chez Best Buy et acheter sur Amazon si c'est moins cher?

Les résultats du troisième trimestre (novembre) ont encore une fois été faibles, les revenus des établissements comparables tombant de 4%.

Le temps des Fêtes a donné une lueur d'espoir alors que les ventes se sont stabilisées aux États-Unis. Malheureusement, elles ont poursuivi leur chute à l'international (-6%), particulièrement au Canada, apparemment.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

PLUS :

Nantel: Et si Best Buy était la pointe de l'Iceberg ?

Best Buy ferme quinze magasins, licencie 900 employés

Le NPD s'insurge contre Best Buy

Best Buy: les employés auront droit à huit semaines d’indemnité

Rétroactivement, il est facile de voir qu'une restructuration s'en venait pour les activités canadiennes et québécoises.

Certains seront surpris par sa rapidité, des magasins étant placardés du jour au lendemain.

C'est effectivement surprenant. Cette célérité pourrait bien ne pas être étrangère à une autre intéressante histoire qui se joue en parallèle.

Au mois de mai, le fondateur et principal actionnaire de Best Buy a dû démissionner de son poste de président du conseil. Dick Schulze était informé d'une relation extraconjugale entre le chef de direction de l'entreprise et une employée de l'établissement. Il avait cependant omis d'en informer le conseil. Ce qui força son départ.

Il tente depuis de racheter Best Buy. Monsieur Schulze a jusqu'au 28 février pour faire une offre.

Si vous êtes au conseil d'administration, vous avez tout intérêt à enclencher rapidement des restructurations afin de pouvoir demander un plus haut prix pour l'entreprise. En faisant miroiter une meilleure rentabilité dans l'avenir. Vous avez aussi intérêt à demander à votre actuel chef de direction de la mener rondement, histoire de montrer qu'elle n'est pas que sur papier et que les économies arriveront bientôt.

Est-ce terminé?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Le retour des aubaines hisse le S&P/TSX à un record

BLOGUE. Il est encore trop tôt pour dire si les titres bon marché et plus cycliques prendront le relais en Bourse.

Est-ce la fin des intermédiaires?

BLOGUE INVITÉ. Il faut passer du temps à étudier les entreprises qui vendent directement aux consommateurs.