Pouliot - Acquisition d'Astral: Bell abandonne peu

Publié le 05/03/2013 à 09:32, mis à jour le 05/03/2013 à 14:11

Pouliot - Acquisition d'Astral: Bell abandonne peu

Publié le 05/03/2013 à 09:32, mis à jour le 05/03/2013 à 14:11

BLOGUE. Intéressante décision que celle du Bureau de la concurrence d'autoriser Bell à acquérir une Astral Media démembrée. Dans le projet initial, le CRTC estimait que Bell contrôlerait 33% du marché télévisuel au Québec. Cette fois Bell estime sa part à 23%. Énorme concession, dîtes-vous? Pas vraiment.

Au plan financier, on n'a pas fait tous les calculs, mais quelque chose nous dit que Bell devra prendre quelques millions de radiations au terme du processus de revente des actifs francophones et anglophones. C'est négligeable dans le grand tout du conglomérat.

Au plan stratégique, elle s'en sort cependant fort bien, et ne semble pas laisser partir de chaînes très importantes.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Elle conserve Super Écran (la vache à lait), Canal Vie, Canal D et Z qui sont les chaînes au cœur des activités d'Astral. De même que deux puissants réseaux de radios (NRJ et Rouge). On peut sans grand risque de se tromper affirmer que c'est de toute façon surtout sur ces chaînes que devaient s'effectuer les investissements en production et en promotion, dans le plan de match initial.

PLUS: Le Bureau de la concurrence autorise l'acquisition d'Astral par Bell

On laisse aller Séries +, qui avait une bonne part d'auditoire et une excellente rentabilité, de même qu'Historia, qui avait une faible part d'auditoire, mais une rentabilité intéressante. Personne ne niera qu'il s'agit d'une renonciation, mais il faut savoir qu'Astral n'était propriétaire que de 50% de ces chaînes, l'autre 50% appartenant à Shaw (qui le cède à Corus dans une transaction parallèle). Au plan stratégique, ne détenir que 50% de chaînes n'est pas fameux, on ne peut pas vraiment les utiliser comme on le souhaiterait. Il faut toujours tenir compte de l'intérêt de l'autre actionnaire. Qui n'est pas toujours convergent avec le nôtre. Et on ne peut pas non plus utiliser les flux de trésorerie ailleurs.

Passe aussi dans le délestage, Télétoon et Télétoon Rétro, des chaînes avec une assez grande part d'auditoire, mais qui, encore ici, n'étaient détenues qu'à 50%, l'autre actionnaire étant Corus. Le même raisonnement prévaut au plan stratégique. D'autant que cette fois, Bell peut se consoler en se disant qu'elle conserve Vrak. La chaîne est dans le même créneau, et sa rentabilité, qui est très bonne, pourra peut-être même être accentuée maintenant que les achats de contenus n'auront plus à être dilués.

Quoi d'autre s'en va?

Ah oui: MusiquePlus et Musimax. C'est à première vue un gros abandon, et un levier promotionnel qui aurait pu être intéressant pour evenko avec tous les spectacles qui sont produits. Mais c'est un levier qui est à peine rentable (1 M$ de bénéfice avant intérêts et impôt pour Musique Plus et 190 000$ pour Musimax), et semble en perte de vitesse avec l'émergence des iPod et Youtube de ce monde.

La suite des choses?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Le vent tourne-t-il en Bourse?

BLOGUE. Un seizième record pour le S&P 500 cette année suscite encore la méfiance.

Un rendement annuel de 66% sur 30 ans?

BLOGUE INVITÉ. Cet homme a-t-il trouvé le secret de la Bourse? Pouvons-nous en bénéficier?