Les Affaires rencontre Sirois: pourquoi il revient

Publié le 03/03/2011 à 09:37, mis à jour le 03/03/2011 à 10:44

Les Affaires rencontre Sirois: pourquoi il revient

Publié le 03/03/2011 à 09:37, mis à jour le 03/03/2011 à 10:44

Charles Sirois [Photo : Gilles Delisle]

 

Aussi curieux que cela puisse paraître, jamais il ne nous avait été donné de le rencontrer.

- Pardon, vous n'auriez pas une autre demi-heure à nous accorder?

En conférence de presse, le jour du lancement de la Coalition pour l'avenir du Québec, Charles Sirois avait fait bonne impression. En rencontre éditoriale, avec les collègues Jean-Paul Gagné, Yannick Clérouin et Mathieu Lavallée, on a compris comment il avait pu bâtir sa fortune: le charisme.

"Il donne vraiment le goût de le suivre", disions-nous au sortir, le collègue Lavallée et moi.

Pourquoi revenir?

La première question de toutes, évidemment. Étant donné son long éloignement de la scène publique.

"Pour me donner le droit de chialer. Ceux qui chialent et ne font rien ne devraient pas avoir le droit de chialer. Si tu veux chialer, il faut que tu fasses quelque chose", dira-t-il dans un éclat de rire.

Plus sérieusement, son retour semble s'articuler autour de deux ou trois choses: le goût inné d'entreprendre, une attraction naturelle pour l'engagement public, et une certaine réflexion philosophique. "On ne choisit pas notre capacité intellectuelle, ni nos parents, ni son milieu. Quelqu'un qui part avec tout ça (comme acquis), part bien. Quand tu as eu ça, parce que ça ne dépend pas de toi, il faut cependant que tu redonnes", affirme-t-il.

Vers le milieu des années 2000, après que le premier ministre Jean Chrétien lui ait demandé de faire partie d'un groupe de travail sur la pauvreté dans les pays émergents, il s'est soudainement aperçu que son rapport risquait d'aboutir sur les tablettes.

C'est là que s'est en réalité amorcé le retour, mais hors la portée des projecteurs.

"Je me suis dit, ce n'est pas vrai que ce sera tabletté." C'est ainsi qu'est né Enablis, un réseau qui vise à former des entrepreneurs en Afrique. Il compte aujourd'hui 1 100 membres et ne cesse de grandir.

Pourquoi Sirois s'était retiré

À la fin des années 90, début des années 2000, Charles Sirois s'était déjà avancé dans l'arène publique. Il était sur plusieurs tribunes, prêchait certaines recettes entrepreneuriales et ne se gênait pas pour prendre part au débat public. Il allait s'y faire quelques ennemis et, à l'éclatement de la bulle technologique, voir le fan club non plus parler d'un visionnaire, mais d'un gérant d'estrade.

Look, Télésystème (TWI), et Microcell ont toutes besoin de réinjection d'argent et leurs cours boursiers vrillent. "Le gourou s'est-il gouré?", titre le magazine Commerce.

Charles Sirois choisit de rentrer dans ses terres. "Un hiver nucléaire, dit-il aujourd'hui. Il fallait rembourser de la dette, restructurer des entreprises. Je me suis concentré à régler les problèmes".

Ce que le public ne sait pas, c'est qu'au même moment, son épouse découvrait aussi qu'elle était atteinte d'un cancer (qu'elle a vaincu). Les priorités de l'entrepreneur venaient vraiment de changer.

PLUS :

90 secondes avec Charles Sirois : « le rôle de l'État a ses frontières »

Charles Sirois : "C'est le citoyen qui doit être le boss"

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?