La question qui n'a pas été discutée


Édition du 10 Octobre 2015

La question qui n'a pas été discutée


Édition du 10 Octobre 2015

On peut analyser à la particule près les différents programmes économiques des partis politiques.

L'un a pensé à ceci, l'autre a pensé à cela.

Au final, un constat se dégage cependant : le programme du Parti libéral du Canada (PLC) est celui dont la couverture est la plus étendue, et ce, en matière de stimulation économique, de financement des services et de particuliers bénéficiant de remboursements d'impôt.

Si votre ménage (pas l'individu) gagne 150 000 $ et plus, il est probable que, fiscalement, vous ayez intérêt à voter pour le Parti conservateur. Mais la majorité des ménages fait moins que cela, et l'offre de réduction d'impôt et d'allocations familiales du PLC est, sous ce seuil, généralement plus intéressante.

Vous voulez parler d'investissements dans les infrastructures publiques et de stimulation ? Le PLC double pratiquement ce qui est prévu au dernier budget conservateur (près de 10 milliards de dollars par an dans les premières années). Seul le Bloc a une proposition équivalente.

Le financement du transport en commun, alors ? Le PLC bat tout le monde par plusieurs longueurs, malgré un effort senti du NPD.

Le logement social ? Nouvelle victoire. Les baisses d'impôt aux PME ? Il peut y avoir discussion sur qui donne le plus en raison de la proposition conservatrice sur l'assurance- emploi, mais le positionnement est bon.

Comment les libéraux réussissent-ils pareil tour de force ?

Évidemment : les déficits. Ceux-ci durent trois années et on revient à l'équilibre à la quatrième. Sans être démesurés, ils ne sont pas non plus négligeables et atteignent 10 G$ les deux premières années.

À lire aussi :
Dans la plateforme du Parti conservateur
Dans la plateforme du NPD
Dans la plateforme du Parti libéral du Canada
Dans la plateforme du Bloc québecois

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

La Bourse ballotée entre deux maux, à mi-année

Mis à jour le 23/06/2022 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Après le choc de l'inflation, le spectre d'une récession remanie les pions en Bourse.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?