Jean Coutu perd ses meilleurs amis

Publié le 18/07/2016 à 19:28

Jean Coutu perd ses meilleurs amis

Publié le 18/07/2016 à 19:28

«Chez Jean Coutu, on trouve de tout... même un ami!». Rien de plus douteux pour le franchiseur ces jours-ci…

Après le ministre Gaétan Barrette et ses réformes, voilà que la majorité des pharmaciens de Jean Coutu viennent de déposer un recours collectif demandant à la Cour supérieure d'abaisser le niveau de redevances qu'ils doivent verser au franchiseur. Et ils remontent trois ans en arrière avec une réclamation de 252 M$.

Pour qui fréquente les assemblées annuelles du groupe, le développement peut sembler étonnant. Depuis plusieurs années, Jean Coutu, l'homme, y insiste sur l'importance de la relation avec les franchisés. Il est clair dans son esprit qu'ils sont au cœur de la réussite de l'entreprise.

Comment en ce cas en sommes-nous arrivés là?

Plaçons le décor.

Les pharmaciens goûtent actuellement aux réformes du ministre de la santé, Gaétan Barrette, et celles-ci ne leur sont pas financièrement favorables. Le ministre a notamment coupé dans leurs honoraires. Il a promis de compenser en déplafonnant les ristournes qui leur sont versées par les fabricants de médicaments génériques, mais, visiblement, l'engagement avance moins rapidement que ce qui avait été compris (le plafond n'a été levé que de 15 à 25% du prix du produit et le déplafonnement total n'arrivera pas avant 2017).

Pendant que ses pharmaciens souffrent, le Groupe Jean Coutu, lui, s'apprête à souffrir.

Depuis avril, le fameux déplafonnement est commencé (de 15% à 25%, comme on le disait) et la filiale Pro Doc, qui fournit les médicaments génériques doit payer cette hausse de ristourne. En 2017, la ristourne pourrait passer à plus de 40%, selon certains analystes. Même si les sous-traitants manufacturiers du générique devraient éventuellement aider Jean Coutu, il n'est pas exagéré de dire que près de 12% du bénéfice total du groupe est en jeu sur cet élément (voir: De combien Québec peut-il "tondre" Jean Coutu?).

Là n'est pas la seule menace. Plus préoccupant encore se profile à l'horizon. À l'ajournement de l'Assemblée nationale, le gouvernement a fait adopter son projet de loi autorisant des appels d'offres pour la fourniture exclusive de médicaments génériques. De quoi faire frémir Pro Doc. Parce que la filiale s'approvisionne généralement auprès de tiers, elle n'aura pas la capacité de participer aux appels d'offres. Chacun de ceux-ci voudra donc dire une perte assurée de revenus. Le gouvernement risque d'être tenté de cibler les plus importants médicaments, ce qui veut dire qu'une forte proportion des revenus risque d'être effacée. À titre de repère, Pro Doc génère actuellement près de 30% du bénéfice total de Jean Coutu.

Dans pareil contexte, des analystes ont évoqué la possibilité que Jean Coutu n'ait d'autres choix que d'augmenter les redevances de ses franchisés pour tenter de compenser.

On peut comprendre les franchisés d'agir préventivement et de plutôt demander un allègement des redevances. C'est ce qu'on appelle se donner une position de négociation.

Notons au passage qu'en filigrane à toute cette histoire se trouve aussi une saga juridique impliquant indirectement le syndic de l'Ordre des pharmaciens. L'affaire concerne la légalité éthique du modèle d'affaires de Jean Coutu.

Il y a quelques années, le syndic a pris poursuite contre le pharmacien Michel Quesnel. Propriétaire de six établissements, celui-ci a plaidé coupable à l'infraction reprochée d'avoir partagé ses honoraires et les bénéfices provenant de la vente de médicaments avec un non-pharmacien, à savoir le Groupe Jean Coutu. C'était en fait se reconnaître coupable d'avoir honoré sa signature au contrat de franchisé, puisque ce contrat exigeait d'inclure dans le calcul de la redevance les revenus sur la vente de médicaments.

Cette "illégalité" remettait potentiellement en cause le modèle d'affaires de Jean Coutu. Si le Groupe devait abandonner la redevance sur la vente des médicaments, plusieurs millions de dollars n'allaient plus rentrer dans ses coffres. Pour échapper à l'interprétation du syndic, il semble avoir alors soutenu que la vente des médicaments n'était pas partagée, mais que la redevance était plutôt versée en considération des services rendus au franchisé (publicité, assistance technique, frais d'administration et d'exploitation).

Interprétation qui se retourne cette fois contre lui, puisque les franchisés allèguent que ce qu'on leur demande comme redevance est nettement trop élevé par rapport à ce qui leur est fourni en publicité, assistance technique et autres services.

Quelle sera la suite?

Valeurs mobilières TD calculait lundi que la réclamation des pharmaciens pourrait signifier que, dans quelques années, près de 0,30$ seraient retranchés au bénéfice par action de Jean Coutu. C'est plus de 30% du bénéfice total attendu pour l'année en cours.

Additionné à la perte de rentabilité des deux réformes du ministre Barrette (entre 12% et 30% du bénéfice total), c'est tout un recul de rentabilité qui menace Jean Coutu.

Trop important justement.

Il est difficile de juger de la force de l'argumentaire des franchisés (faut-il par exemple accorder une valeur importante à la marque dans ce qui constitue "les services rendus"?).

Une chose est certaine cependant. Pour qu'un système de franchises fonctionne bien, il faut que franchiseur et franchisés y gagnent. Un affaiblissement trop important du franchiseur affaiblirait à long terme les franchisés. Celui-ci aurait tendance à rogner sur ses efforts financiers pour le collectif de manière à récupérer le plus possible pour ses actionnaires.

Faire front commun auprès du gouvernement et de l'Ordre des pharmaciens sur une approche gagnante commune vaudrait mieux pour tous.

C'est la meilleure arme pour combattre cette autre fameuse formule: diviser pour régner.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Le casse-tête de la technologie

Édition du 23 Septembre 2020 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les signes d'excès sont partout en Bourse et rappellent plusieurs aspects de la frénésie ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?