François Pouliot: schiste, comment M Bouchard installe lui-même un moratoire

Publié le 01/03/2011 à 09:20, mis à jour le 01/03/2011 à 09:19

François Pouliot: schiste, comment M Bouchard installe lui-même un moratoire

Publié le 01/03/2011 à 09:20, mis à jour le 01/03/2011 à 09:19

Venons-en maintenant à pourquoi il y aura sans doute de toute façon un moratoire.

Ce qui nous a le plus surpris dans la récente tournée de Lucien Bouchard, c'est cette déclaration à La Presse à l'effet que s'il était premier ministre, il demanderait que le Québec ait un régime de droits et redevances équivalent à ce qui se fait ailleurs.

"Si j'étais premier ministre du Québec, jamais je n'accepterais de recevoir moins qu'ailleurs. Alors, ajustons notre affaire. Mais il faut demeurer compétitif. Personne n'exploite le gaz de schiste en Alberta à cause des règles, ils sont tous allés en Colombie-Britannique", dit-il.

Essentiellement, l'ancien premier ministre semble vouloir dire: demandons la même chose, mais n'allons pas demandé plus.

À régime égal à ce qui se fait ailleurs, on ne voit pas trop comment il peut à moyen terme y avoir de l'exploitation au Québec.

L'Amérique du nord nage actuellement dans une mer de gaz naturel en raison justement de l'explosion des techniques d'exploitation des gaz de schiste. Beaucoup de sociétés ne sont pas rentables en raison des surplus qui p`sent sur les prix du marché. Or, les coûts d'exploitation au Québec seront pour un temps significativement plus élevés qu'ailleurs. Nous n'avons en effet aucune expertise, ni masse critique.

En fait, même avec un régime avantageux, il apparaît douteux que les sociétés viennent ici pour autre chose que quelques travaux de délimitation de réserves gazières pour l'avenir et la conservation de leurs droits sur les territoires.

Pendant quelques années encore, il sera en effet plus avantageux pour elles de continuer à exploiter des territoires gaziers comme Marcellus, Fayetteville, Montney ou Haynesville où les coûts sont moins élevés. La situation n'est pas du tout comparable à celle du pétrole. Dans le secteur pétrolier, l'offre et la demande sont en équilibre (en fait, on craint même pour l'offre…) et les prix permettent de faire de l'argent. Il y a dans le gaz, trop de producteurs.

C'est pour cela qu'on dit que le gouvernement ne décrétera pas de moratoire, mais qu'il y aura moratoire. Il sera simplement économique.

 

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Détrompez-vous, la hausse ne profite pas qu'aux GAFA

BLOGUE. Surprise. Le mouvement haussier commence à gagner des secteurs plus cycliques.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?