François Pouliot: promesses conservatrices, loin d'être assurées

Publié le 08/06/2011 à 09:00, mis à jour le 08/06/2011 à 09:00

François Pouliot: promesses conservatrices, loin d'être assurées

Publié le 08/06/2011 à 09:00, mis à jour le 08/06/2011 à 09:00

Mais pourquoi donc ne pas avoir intégré toutes les promesses de la campagne électorale dans le budget? Leur absence fait en sorte que l'avenir apparaît financièrement plus rose qu'il ne l'est en réalité. Les surplus que l'on fait miroiter sont gonflés.

La question nous a turlupiné une bonne partie de la journée mardi, alors que l'on réfléchissait sur le dernier budget fédéral.

Étant donné le peu de temps laissé pour étudier le budget, la chose a échappé aux médias, mais le budget Flaherty omet d'intégrer nombre de promesses électorales de la dernière campagne.

Il y a pour plus de 150 M$ de promesses non incluses en 2012-13, près de 192 M$ l'année suivante, pas loin de 920 M$ en 2014-15 et pour 3,1 G$ en 2015-16.

Officiellement, le gouvernement prévoit que, si l'économie se comporte comme il l'anticipe, nous serons en surplus de 3,7 G$ en 2014-15 et de 8,2 G$ l'année suivante.

Total à retrancher des surplus si l'on tient compte des promesses cependant: 918 G$ pour 2014-15 et 3,1 G$ pour l'exercice suivant.

On reste quand même en surplus, direz-vous.

Certes, mais ne serait-il pas pertinent d'indiquer aux contribuables que 25% de ce surplus dans le premier cas et près de 40% du suivant sont en réalité déjà engagés?

La réponse de M. Flaherty

Le hasard faisant bien les choses, monsieur Flaherty était justement de passage à Montréal, mardi, au Forum économique international des Amériques.

-Pourquoi les promesses ne sont-elles pas dans le compte?, a-t-on demandé.

-Nos projections tiennent comptent de toutes les dépenses sur l'horizon budgétaire, a d'abord répondu le ministre, en ne semblant pas trop saisir.

Non, non. Vous promettez notamment pour près de 1 G$ en 2014-15 et 3,1 G$ en 2015-16 qui ne sont pas dans le budget. Pourquoi?

Le ministre a finalement admis que certaines promesses n'étaient pas incluses mais s'est dit confiant qu'elles seraient réalisées par les revenus qui seraient au rendez-vous.

-Et s'ils ne sont pas au rendez-vous?

Réponse du ministre:

-Ils le seront, mais on a promis que ces promesses ne seraient livrées que si l'on était en situation de surplus.

Dit autrement, s'il n'y a pas de surplus dans trois ans, les promesses électorales des conservateurs, dont 2,5 G$ concernent des allègements fiscaux pour la famille, ne seront pas honorées.

Ce n'est pas tout à fait ce qu'on avait compris en campagne électorale (on croyait les promesses certaines), mais la parole du ministre des finances est très certainement meilleure que notre mémoire.

Pourquoi ne pas avoir intégré les chiffres?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Bourse: que révèle l'humeur des pros?

Les paris de reprise dominent, mais le sondage mensuel de BofA Securities offre quelques trouvailles.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?