François Pouliot: Métro et Bombardier, honte à nous

Publié le 05/10/2010 à 16:09, mis à jour le 06/10/2010 à 20:17

François Pouliot: Métro et Bombardier, honte à nous

Publié le 05/10/2010 à 16:09, mis à jour le 06/10/2010 à 20:17

Blogue. Le gouvernement du Québec y va d'une loi spéciale afin d'accorder le renouvellement des wagons du métro de Montréal au consortium Bombardier-Alstom. C'est honteux et plutôt que de pavoiser le gouvernement devrait aller se cacher.

PLUS : Bernard Mooney : Le cadeau à Bombardier

En agissant comme il le fait, Québec crée un dangereux précédent et sera désormais très mal fondé de se plaindre de comportements protectionnistes ailleurs. Si les employés de La Pocatière se réjouissent aujourd'hui, ceux de toutes les usines de bois d'œuvre du Québec devraient grincer. L'on vient de faire exactement ce que l'on reproche aux Américains: protéger notre marché.

Et comme pour donner plus de munitions aux détracteurs futurs, on coiffe l'entorse du sceau de l'Assemblée nationale. Difficile de pouvoir se défendre ensuite en minimisant le geste et invoquant auprès d'eux le simple faux pas d'un organisme administratif.

Que peut-on reprocher à l'espagnole CAF, plus sérieuse prétendante au contrat?

De ne pas s'être conformée aux exigences de l'appel de candidatures? Non, jusqu'à maintenant tout était conforme. D'avoir des pratiques commerciales inéquitables? Non, rien entendu de cela.

À ce jour, elle s'était conformée à tout.

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Bourse: partie remise pour la Longueuilloise KDC/One?

ANALYSE. Michael Salzillo cite la «volatilité» des marchés pour expliquer sa marche arrière.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?