François Pouliot: Caisse de dépôt, le faux pas Kruger

Publié le 19/08/2011 à 16:42, mis à jour le 19/08/2011 à 16:51

François Pouliot: Caisse de dépôt, le faux pas Kruger

Publié le 19/08/2011 à 16:42, mis à jour le 19/08/2011 à 16:51

La Caisse de dépôt du Québec rapporte un rendement de 3,6% pour les six premiers mois de 2011. Satisfaisant. La Caisse de dépôt finance l'ouverture d'une usine de papiers domestiques de Kruger à Memphis plutôt qu'au Québec. Oups, faux pas.

D'abord quelques mots sur les résultats semestriels de la Caisse. À 3,6%, le rendement est supérieur à celui de la médiane des caisses de retraite canadiennes de l'univers RBC Dexia, qui se situe à 2,2%. L'institution se classe même dans le premier quartile des gestionnaires.

La comparaison est boiteuse parce que la plupart des autres caisses de retraite ne possèdent pas de capacités de placement privés ou immobiliers.

Une autre façon d'analyser la performance de la Caisse est de comparer le rendement de ses catégories d'actifs avec leurs indices de référence. La performance de la Caisse est en ligne avec leur rendement, ce qui à première vue n'est pas extraordinaire. Mais les indices liés au placement privé et à l'immobilier ne sont pas d'une fiabilité très grande à court terme. Ce qui fait que la performance est satisfaisante.

Le faux pas Kruger

Dans le contexte, c'est surtout le financement de la Caisse accordé à l'entreprise Kruger pour qu'elle établisse une nouvelle usine de papiers domestiques à ses installations de Memphis, aux États-Unis, plutôt qu'à celle de Crabtree, au Québec, qui risque de faire parler.

La Caisse prête 211 M$ sur un projet total de 316 M$ US. Jusqu'à récemment, Investissement Québec courtisait l'entreprise pour qu'elle établisse son usine dans la MRC de Joliette. On ne sait trop ce qui était offert par Investissement Québec, mais on sait que le Memphis-Shelby County Industrial Developpement Board, un organisme public de développement économique de Memphis, a offert, lui, 45 M$ de crédits d'impôt sur 15 ans.

La direction de la Caisse a défendu son investissement en indiquant qu'il était dans sa mission de soutenir les entreprises québécoises qui désirent prendre de l'expansion à l'extérieur du Québec. Monsieur Sabia a notamment parlé de la nécessité de créer d'autres Cirque du Soleil, Bombardier, SNC-Lavalin, Couche-Tard, etc.

C'est bon, on en est.

Kruger a choisi Memphis parce qu'elle visait le marché américain, a-t-on aussi fait valoir. La composante transport est un élément déterminant.

On suit toujours.

Et la Caisse n'a pas renié sa mission de développement économique du Québec parce qu'elle n'a été approchée qu'après que la décision d'aller à Memphis eut été prise par la compagnie.

Humm…

Là où l'on suit moins

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?