François Pouliot: À combien les Européens évaluent le gaz québécois

Publié le 13/12/2010 à 09:10, mis à jour le 13/12/2010 à 09:09

François Pouliot: À combien les Européens évaluent le gaz québécois

Publié le 13/12/2010 à 09:10, mis à jour le 13/12/2010 à 09:09

Photo : Bloobmerg

Que pensent les investisseurs européens de la valeur du gaz de schiste du Québec ?

On s'est posé la question il y a quelques jours, après être tombé par hasard sur quelques rapports d'analystes de la Norvège. C'est assez surprenant, mais le potentiel du gaz québécois est étudié par un plus grand nombre de firmes européennes que canadiennes.

L'intérêt est particulièrement marqué pour la société Questerre (QEC, Tor., 1,50 $), qui détient une importante position dans les basses terres du Saint-Laurent.

On s'est donc lancé à la recherche de récents commentaires européens sur la société pour tenter d'obtenir une perspective outre-Atlantique.

Résultats ? Il n'y a pas unanimité, mais l'optimisme l'emporte :

> First Security : " acheter " avec une cible à 4,60 $;

> Pareto Securities : " acheter " avec une cible à 4,95 $;

> DnB Nor Markets : " acheter " avec une cible à 4,10 $;

> ABG Sundal Collier : " vendre " avec une cible à 1,30 $;

> Terra : " conserver " avec une cible à 2 $.

Ce que voit présentement le marché

L'étude la plus intéressante vient de First Security. L'analyste Teodor Nilsen estime qu'au cours actuel, le marché n'accorde qu'une probabilité de 5 % au fait que les propriétés de Questerre connaissent un succès commercial.

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Les défis d’approvisionnement ennuagent les perspectives de Dollarama

Édition du 22 Septembre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Dollarama (DOL, 55,53$) est toujours premier de classe parmi les détaillants aux yeux des financiers, ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?