Et si Bombardier faisait l'objet d'une OPA ?

Publié le 18/06/2012 à 09:36, mis à jour le 18/06/2012 à 09:36

Et si Bombardier faisait l'objet d'une OPA ?

Publié le 18/06/2012 à 09:36, mis à jour le 18/06/2012 à 09:36

Un Learjet de Bombardier. [Photo : Bloomberg]

BLOGUE. C'était il y a quelques années, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 et de ses désastreuses conséquences pour l'industrie aéronautique.

Paul Tellier avait été appelé en renfort et tentait de mettre de l'ordre chez Bombardier, qui traversait alors l'un des pires moments de son histoire. Assez vite, M. Tellier en vint à la conclusion que l'entreprise avait besoin d'être recapitalisée et qu'il fallait nécessairement se départir de la division des produits récréatifs. Cela voulait dire vendre Valcourt et ses motoneiges, le symbole de l'entrepreneuriat québécois.

L'anecdote veut que Pierre Beaudoin n'ait pas été du tout d'accord et ne se soit pas gêné pour l'exprimer à M. Tellier. La fibre familiale et nationale est forte chez les Bombardier-Beaudoin, personne n'en a jamais douté.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Les dernières années n'en ont cependant pas moins amené quelques épisodes où le doute a pu s'installer chez certains.

Il y a quelques jours, BRP, dans laquelle la famille Bombardier-Beaudoin a toujours une participation, annonçait qu'elle délocaliserait l'assemblage de ses motomarines au Mexique.

Le même pays où, en 2005, Bombardier Aéronautique investissait 200 M$ US pour une usine de harnais électriques, usine qui, depuis, fait certains assemblages et compte plus de 1 800 employés.

Il y a aussi le Maroc, où Bombardier Aéronautique veut investir 200 M$ US.

Fibre nationale en baisse ?

En rencontre éditoriale, on a un peu talonné M. Beaudoin là-dessus.

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

La Bourse en pause comme la reprise?

BLOGUE. Deux stratèges ne perdent pas espoir que les chouchous techno passent le bâton aux bénéficiaires de la reprise.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?