Desjardins perd son âme: Vade retro Satana!

Publié le 04/05/2015 à 20:14

Desjardins perd son âme: Vade retro Satana!

Publié le 04/05/2015 à 20:14

Les vraies raisons

On a eu une intéressante discussion sur la situation en journée, lundi, avec le numéro deux de Desjardins, Normand Desautels.

Monsieur Desautels indique que les caisses sont libres de leurs décisions et sont autonomes. Il reconnaît cependant qu'elles sont fortement invitées à gérer leurs coûts de façon optimale.

Principalement pour deux raisons.

1-Parce qu'il est présent dans un plus grand nombre de localité, le mouvement a une structure d'exploitation plus coûteuse que les banques. Celles-ci augmentent actuellement la concurrence et Desjardins se doit de réagir pour demeurer compétitif.

2-Depuis 2008, Desjardins a un plus grand besoin de capitalisation, en raison des nouvelles règles des autorités monétaires. L'institution doit pouvoir compter sur des réserves plus importantes pour continuer de croître et demeurer concurrentielle.

Monsieur Desautels insiste pour dire que ce n'est jamais de gaieté de cœur qu'un service est retiré et il cite également des statistiques sur le comportement de plus en plus électronique des consommateurs.

Au final?

L'argumentaire de la rentabilité est à avoir à l'esprit, mais le mouvement l'a tellement à l'esprit qu'il est en train de perdre de vue l'autre volet de sa mission: l'apport social.

L'excédent avant ristourne a grimpé de 17% en 2014 à la Caisse des Monts et Vallées de Bellechasse.

Où est l'urgence? On ne dit pas que les guichets ou comptoirs de services ne seront pas un jour caducs, et leur retrait justifié. Le hic est que ce jour est encore à quelques années d'ici.

Claude Béland est sévère lorsqu'il affirme que Desjardins a perdu son âme. La coopérative ne l'a pas (encore) perdue, mais elle a la chair faible et cède un peu rapidement aux tentations du capital. Vade retro, Satana.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Garder ses gagnants, les cas de CN et CP

Édition du 28 Octobre 2020 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les transporteurs ferroviaires sont un maillon essentiel de la chaîne d'approvisionnement, comme le ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?