Budget: Mais d'où viendront donc les économies

Publié le 20/02/2014 à 16:21

Budget: Mais d'où viendront donc les économies

Publié le 20/02/2014 à 16:21

BUDGET PROVINCIAL 2014 - C'est un budget difficile à saisir qu'a présenté le ministre des finances Nicolas Marceau. À l'évidence, le gouvernement a l'intention d'atteindre ses cibles budgétaires, mais il n'est vraiment pas clair d'où proviendra l'argent nécessaire.

Il est assez incroyable que le gouvernement soit capable de fournir des briques de renseignements budgétaires, mais soit incapable de fournir un tableau clair du chemin qu'il entend prendre pour atteindre ses objectifs budgétaires.

À la mise à jour économique de l'automne, on indiquait qu'il fallait résorber 1, 055 G$ pour 2014-15 et faire des compressions supplémentaires de 1,5 G$ pour l'exercice 2015-16 (2,5 sur deux ans) pour atteindre les cibles budgétaires.

Il y a de bonnes nouvelles.

En provenance du fédéral notamment, qui renverra pour plus de 600 M$ inattendus en 2014-15 et un montant du même ordre en 2015-16. Mais, en 2014-15, cet apport est en bonne partie mangé par la décision du gouvernement de réinjecter 430 M$ en santé, alors qu'il avait initialement anticipé le couper. Pas de gain ici.

On parle d'économies dans le regroupement de commissions scolaires de l'ordre de 125 M$, mais on dit aussi que ces économies seront réinvesties "éventuellement", ce qui ne permet pas de voir où seront les économies.

Il y pour 150 M$ de nouvelles économies prévues en efficacité dans les réseaux de la santé. On augmente de même la lutte contre l'évasion fiscale dans les bars, bistro et dans le milieu de la construction (+ 79 M$). Le service de la dette coûtera pendant ce temps 78 M$ de moins en 14-15 et 125 M$ en 15-16. Et la hausse des services de garde devrait permettre de récupérer une soixantaine de millions. Mais ces mesures servent principalement à boucher les 400 M$ de mesures à identifier qu'on n'avait pas encore identifié!

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Au final, il y a toujours pour 885 M$ de mesures de récupérations à adopter pour 2014-15 et pour 1,5 G$ de mesures additionnelles en 2015-16.

Ces efforts devraient normalement être effectuées dans les ministères, mais on ne sait trop où.

Le où pourrait bien être en partie chez les fonctionnaires

À la veille des élections, l'interpellation est polie et cousue de fil blanc, mais on croit comprendre qu'une partie de la récupération, du moins pour 2015-16 (les conventions viennent à échéance en mars 2015) proviendra de négociations avec la fonction publique. Le gouvernement demande aussi aux médecins de faire un effort, et ce dès maintenant.

Quel sera le poids de l'effort de la fonction publique dans l'effort de récupération total?

Le ministre Marceau ne s'est pas avancé là-dessus, indiquant notamment que la négociation restait à faire.

À titre d'indicatif, notons cependant qu'une variation de 1% des salaires des employés de l'État représente environ 370 M$.

Où en sommes-nous?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Le vent tourne-t-il en Bourse?

BLOGUE. Un seizième record pour le S&P 500 cette année suscite encore la méfiance.

Un rendement annuel de 66% sur 30 ans?

BLOGUE INVITÉ. Cet homme a-t-il trouvé le secret de la Bourse? Pouvons-nous en bénéficier?