Bombardier: une fusion chinoise aurait du sens

Publié le 08/02/2012 à 09:38, mis à jour le 08/02/2012 à 09:38

Bombardier: une fusion chinoise aurait du sens

Publié le 08/02/2012 à 09:38, mis à jour le 08/02/2012 à 09:38

Le journal allemand Handlesblatt rapporte que Bombardier pourrait considérer vendre une partie de sa division d'avions commerciaux à la société chinoise Comac. La direction de l'avionneur québécois nie, mais si on parlait plutôt d'une fusion?

Commercial Aircraft Corporation of China (Comac) est une société d'État chinoise qui table sur le ARJ-21, un jet régional 80-100 places dont les premières livraisons sont attendues cette année. Elle travaille aussi au développement du C919, un plus gros porteur de plus de 150 passagers.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Comac a une certaine expertise, qui est loin d'atteindre celle de Bombardier. Elle a en revanche accès à un marché prometteur. Paradigm Capital estime que d'ici 2030, il se vendra en Chine seulement pas moins de 1400 avions commerciaux 100-150 passagers et que ces ventes généreront des revenus de l'ordre de 85 G$ US. Sous un autre angle, BMO Marchés des capitaux parle d'une Chine qui représentera 18% du marché de l'aviation des 20 prochaines années.

Pour donner un peu de perspective, CIBC Marché mondiaux évaluent que les recettes en provenance des Q-400 et des jets régionaux de Bombardier atteindront l'an prochain 1,4 G$.

La Chine serait donc une superbe cible pour la CSeries de Bombardier, elle qui a justement plus de difficultés à percer sur les marchés émergents.

De quoi discute-t-on?

En mars 2011, Comac et Bombardier ont signé une entente où elles convenaient d'explorer diverses avenues de coopération stratégique.

La dernière fois où Bombardier a discuté publiquement de cette entente, c'était le 31 août 2011, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

Le vice-président de la division aéronautique, Guy Hachey, indiquait alors que cinq ou six avenues de collaboration étaient explorées.

Ainsi, les deux sociétés envisageaient de mettre en commun le plus possible leur chaîne d'approvisionnement, de manière à se donner de l'échelle et des économies de coûts. Elles regardaient aussi du côté du service à la clientèle. Elles échangeaient même sur leurs connaissances du marché et le design des appareils.

La fusion, le meilleur partenariat

Si vous concluez que sur ces avenues il n'y a pas de rapprochement possible, il vaut mieux pour chacun continuer son chemin séparément. Si vous en arrivez cependant à de forts rapprochements, la meilleure façon de bien souder le partenariat, en maximisant les synergies et la loyauté, apparaît de fusionner.

C'est pour cela que l'on dit qu'il ne faudrait pas exclure l'option.

Une fusion de la division commerciale avec Comac donnerait un très solide élan à Bombardier sur le marché asiatique. Elle permettrait en contrepartie aux Chinois d'acquérir une solide réputation sur le marché planétaire. Et qui sait si, dans 20 ans, on ne se retrouverait pas avec un nouveau joueur capable de rivaliser dans bien des catégories d'avions avec Airbus et Boeing.

Là où on est moins sûr

PLUS: Bombardier préparerait la vente de son unité d'avions commerciaux

PLUS: Bombardier nie vouloir vendre sa division d'avions commerciaux

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le marché baissier envoie des recrues dans les mains d'acquéreurs

BLOGUE. La dépréciation de dentalcorp et de Converge Technology attire des offres. D'autres pourraient suivre.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?