Bombardier: le fédéral menace-t-il le contrôle de la famille?

Publié le 02/11/2015 à 20:37

Bombardier: le fédéral menace-t-il le contrôle de la famille?

Publié le 02/11/2015 à 20:37

Ce qui nous ramène à Ottawa

Ce qui nous ramène à la question initiale. Comment le fédéral peut-il égaler la contribution de Québec tout en laissant le contrôle à la famille (c'est ce que souhaite Québec) et sans faire plonger le titre.

Rentrer ce milliard dans le capital de la société mère n'est évidemment pas une option (chute automatique sous les 1$).

Le rentrer dans la société en commandite sous forme d'actionnariat (comme Québec l'a fait) n'a pas plus de sens. L'opération ferait en sorte que Bombardier perdrait toute son exposition au projet CSeries.

Y aller d'un prêt traditionnel additionnel à Bombardier n'apparaît pas non plus une avenue de solution, puisque les syndicats bancaires s'opposeraient vraisemblablement à l'alourdissement de la dette de la société mère.

Comment alors?

Deux voies semblent envisageables.

1-Le remplacement d'une ligne de crédit non utilisée de 1,3 G$ US. La ligne est actuellement disponible, mais soumise à une échéance qui viendra un jour. Son renouvellement n'est pas garanti. Si elle était sécurisée par le gouvernement, les capacités financières de Bombardier seraient mieux assurées.

2-L'éditeur émérite du journal, Jean-Paul Gagné, avançait aussi lundi, lors d'une discussion à bâtons rompus, qu'Ottawa pourrait peut-être y aller de prêts à la société en commandite, remboursables, mais en fonction de la rentabilité. Il se fait de l'argent, le prêt est remboursé, il ne s'en fait pas, il n'y a pas de remboursement.

C'est cette deuxième option que pourrait bien souhaiter monsieur Daoust. La semaine dernière, Bombardier a indiqué que le 1 G$ US qu'elle s'engageait à investir dans les prochaines années dans la société en commandite pour conserver son intérêt viendrait diluer la participation du gouvernement du Québec. Le ministre préférait plutôt de son côté parler de la possibilité que Bombardier n'ait pas à sortir de la société mère ce milliard de dollars et qu'il soit plutôt financé par dette.

Si cette option est celle en vue, et on croit que c'est le cas, la seule interrogation qui reste est de savoir à qui irait la valeur des brevets du CSeries en cas d'échec du projet. Aux actionnaires Bombardier-Québec ou au créancier Ottawa?

Bref, que le fédéral dise oui ou non à Bombardier, il semble y avoir ici le germe d'une nouvelle pomme de discorde Ottawa-Québec.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le marché baissier envoie des recrues dans les mains d'acquéreurs

BLOGUE. La dépréciation de dentalcorp et de Converge Technology attire des offres. D'autres pourraient suivre.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?