Bombardier: 100% du risque à l'État, 66% du rendement?

Publié le 17/02/2016 à 20:14

Bombardier: 100% du risque à l'État, 66% du rendement?

Publié le 17/02/2016 à 20:14

Ceux qui pensaient que la nouvelle direction de Bombardier se cherchait encore une direction sont confondus. La machine est en marche. Avec de bonnes et de mauvaises nouvelles. Et elle semble avoir en vue un contrôle à 66% du CSeries par l'État, mais une prise de risque financier à 100%.

D'abord les mauvaises nouvelles. Près de 2400 salariés perdront leur emploi d'ici deux ans au Québec, et 7000 au total dans le monde.

Officiellement, les suppressions surviennent pour des motifs d'ajustement. Premier motif: les programmes de développement du CSeries et du Global 7000-8000 auront pris fin d'ici deux ans; les ingénieurs et travailleurs qui y contribuaient ne seront plus nécessaires. Deuxième motif: la demande est aussi en baisse dans certains créneaux.

Difficile de ne pas voir dans l'annonce une opération d'optimisation. Le volume n'a pas été précisé, mais du travail effectué à l'interne chez Bombardier sera envoyé dans des pays émergents, en sous-traitance.

Le message des mises à pied était télégraphié depuis quelque temps, mais n'avait pas encore été décrypté. À sa dernière rencontre avec les investisseurs, Bombardier a dévoilé son plan quinquennal. Regardez-bien les objectifs de marge bénéficiaire sur 2020:

-Division des pièces et de l'ingénierie: marge actuelle: 6,5%; objectif: 9-11%

-Division des avions d'affaires: marge actuelle: 4,9%; objectif 8-10%.

-Division transport: marge actuelle 5,4%; objectif plus de 8%.

-Division aéronautique commerciale: marge actuelle -5,6%; objectif marge positive.

On compte bien entendu sur une augmentation des revenus pour aider aux marges, mais l'importance des objectifs indiquait à sa face même que l'on allait toucher aux dépenses et réduire les effectifs.

Il est d'ailleurs probable que d'autres mesures d'optimisation surviennent dans deux ans.

Le débat de surface

Évidemment, ces coupes surviennent au moment où le gouvernement du Québec vole au secours de Bombardier et où celui d'Ottawa est maraudé. Les bouées de sauvetage sont à 1 G$ US chacune.

Comment concilier l'aide publique avec les mises à pied?

Assez simplement: pour éviter qu'il n'y en ait plus encore.

Il ne fait guère de doute qu'avec ou sans aide gouvernementale, Bombardier aurait procédé à la dernière rationalisation. Son endettement est élevé, et, même si elle est actuellement bien financée, sa capacité à passer à travers une sévère récession du type de 2001 suscite des interrogations. Elle n'a pas le choix de diminuer ses coûts.

Pendant ce temps, il est aussi clair que la poursuite du projet de CSeries sans aide gouvernementale est impossible. Bombardier n'a pas la capacité financière nécessaire pour s'embarquer dans un tel risque. En l'absence d'une aide gouvernementale, Bombardier tirerait la plogue sur le programme et c'est 2200 pertes d'emplois qui viendraient s'ajouter aux 2400 annoncées mercredi.

Là où ça devient un peu plus embêtant

Pas de problème à ce qu'il y ait une aide publique pour soutenir Bombardier alors que celle-ci fait des mises à pied, donc. L'aide vise plutôt à en éviter de nouvelles.

Là où la discussion devient plus intéressante, c'est sur la participation de Bombardier au risque financier du CSeries.

De la conférence téléphonique avec les analystes, on est très nettement resté sur l'impression que le 1 G$ US demandé à Ottawa est en route. Et qu'il sera investi en équité, aux mêmes conditions que celles du gouvernement du Québec, dans la société en commandite du CSeries.

C'est dire que le gouvernement du Québec devrait se retrouver avec un tiers du projet, idem pour Ottawa et idem pour Bombardier. Bref, le programme passera sous le contrôle de l'État.

En apparence, c'est une mauvaise nouvelle pour Bombardier, qui risque de n'avoir que le tiers des bénéfices et de la valeur potentiellement créée par le CSeries.

En apparence seulement. La probabilité est forte que c'en soit plutôt une bonne.

Le cours de l'action de Bombardier n'accorde actuellement aucune valeur au projet CSeries.

Dans l'éventualité où Ottawa s'amène, Bombardier n'aurait plus qu'un intérêt de 33% dans le projet. Mais qu'elle ait 50% ou 33% d'un projet qui est évalué à zéro par le marché, ne change rien. La valeur reflétée dans son action reste à zéro.

Lors de l'annonce de la participation de Québec au projet de CSeries, il avait été clairement expliqué qu'une fois le 1 G$ US du gouvernement consommé, Bombardier ajouterait le 1 G$ US manquant pour se rendre à l'équilibre financier.

On a demandé mercredi à monsieur Bellemare si Bombardier entendait toujours mettre son milliard dans la société en commandite, si jamais Ottawa s'amenait en renfort.

Il n'a pas dit oui. Ce qui laisse croire que Bombardier ne le mettra pas.

La situation sera donc la suivante:

Bombardier, qui devait jusqu'à maintenant mettre 1 G$ US dans le projet CSeries et n'était pas sûre de pouvoir le retrouver, n'aura plus à le mettre. Le risque financier d'échec sera plutôt supporté à 100% par les gouvernements.

L'avionneur pourra pendant ce temps garder ce milliard pour lui. Cela devrait aider à sa valeur boursière puisqu'il n'aura pas à mettre à risque cette liquidité. Beaucoup de modèles d'évaluation projettent actuellement une utilisation de liquidités de 1G $ US sans création de valeur. Bombardier pourra même utiliser ce 1 G$ US pour augmenter sa participation dans le CSeries plus tard, si jamais il s'avère que le programme a un potentiel intéressant. Et, étant donné la forte évaluation aux livres que l'on accorde déjà à la société en commandite, il n'est pas sûr qu'il ait à payer beaucoup plus cher que ce qu'il devrait payer aujourd'hui pour augmenter sa participation.

Attention, il n'y a pas lieu de crier au scandale. La situation financière de Bombardier demeure précaire et il est compréhensible que la société souhaite jouer de prudence avec son bilan. Il est compréhensible aussi que les gouvernements soient prêts à donner dans le jeu. Si jamais la situation de Bombardier devenait trop serrée en raison de cette injection et d'un contexte économique défavorable, il y aurait des contrecoups sociaux supplémentaires.

Il est aussi clair qu'il faut davantage capitaliser Bombardier afin d'envoyer un fort signal aux acheteurs de CSeries à l'effet que l'entreprise sera toujours en affaires dans l'avenir.

On peut quand même se demander si Bombardier ne pourrait pas en mettre un peu plus dans le CSeries et les gouvernements un peu moins.

Dans un partenariat d'affaires ordinaire, il n'y a pas de mal à ce qu'un actionnaire gagne son intérêt par l'actif qu'il fournit et que les autres assument 100% du risque monétaire. Le risque financier couru est justifié par l'appât du rendement. Dans une situation de sauvetage, où aucun autre investisseur n'a cru au rendement (les gouvernements sont une solution de dernier recours), l'équation 100% du risque financier pour 66% du rendement fait un peu sourciller.

L'équation de prise de risque était moins défavorable aux contribuables à l'automne et semblait plus équitable.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot

Blogues similaires

Bourse: un scénario émerge pour 2020

BLOGUE. Le rétablissement de l'économie et des profits domine les pronostics, mais la Bourse a pris les devants.

Rendement du capital: une formule magique pour investir?

BLOGUE INVITÉ. Un titre devrait générer le même rendement que le retour sur le capital obtenu par l'entreprise.