Affaire PKP: le Conseil de presse aurait éclaté

Publié le 28/10/2014 à 18:54

Affaire PKP: le Conseil de presse aurait éclaté

Publié le 28/10/2014 à 18:54

Le Conseil de presse refuse un mandat de l'Assemblée nationale pour examiner les questions sur le cumul des fonctions de Pierre Karl Péladeau. Ouf! Il aurait été en conflit d'intérêts et l'acceptation d'un tel mandat l'aurait tout simplement fait éclater.

La discussion sur l'influence de monsieur Péladeau sur ses salles de rédaction n'est pas aisée dans les milieux médiatiques.

Le dernier développement l'illustre bien. Le Parti québécois souhaitait que le Conseil examine la situation, et les libéraux ont transmis l'offre. Le Conseil a répondu que ce qu'on lui demandait d'examiner relevait davantage de l'éthique parlementaire que de l'éthique journalistique, et s'est déclaré incompétent pour agir.

C'est avec sagesse que le Conseil s'est gardé d'accepter. Il aurait d'abord été en conflit d'intérêts patent. Depuis quelques années, il est privé du financement de Québecor, qui ne reconnaît pas ses prérogatives. Une recommandation favorable ou défavorable à monsieur Péladeau, même à la suite d'audiences publiques, aurait conduit à une remise en question de son impartialité. Qu'il soit dit au passage qu'il est préoccupant que le Parti québécois et le Parti libéral, sur une discussion éthique aussi importante, n'aient pas vu dans quoi ils étaient en train de donner.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

En outre, le Conseil aurait probablement aussi éclaté. L'organisme est constitué de représentants des propriétaires de médias, de journalistes, et du public. On peut déjà anticiper que les propriétaires de presse ne se seraient pas montrés très ouverts à d'éventuelles intrusions dans leurs prérogatives. Pendant ce temps, la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ), elle, s'est déjà prononcée en faveur de la vente des actions de monsieur Péladeau.

Le dernier épisode n'est pas la seule illustration du malaise qui règne dans l'arène médiatique. Certains syndicats se sentent dans l'obligation de manifester qu'ils défendent leurs membres et l'indépendance journalistique, ce qui crée du grésillement sur la ligne et nuit à la discussion. Les syndicats défendent, mais leur capacité à contrer d'éventuelles intrusions inadéquates reste limitée. La carrière de leurs membres et représentants demeure au final soumise à l'autorité du propriétaire.

Quelle sera la suite?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

La Bourse à un carrefour

Édition du 13 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Fidèle à sa réputation, le mois de septembre a produit un déclin pour tous les ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?