Santé mentale au travail : où en sommes-nous?

Publié le 09/05/2014 à 09:17

Santé mentale au travail : où en sommes-nous?

Publié le 09/05/2014 à 09:17

Nous sommes actuellement au cœur de la 63e Semaine annuelle de la santé mentale. Mais est-ce toujours nécessaire d’avoir une semaine consacrée à la promotion de la bonne santé mentale? Oui, plus que jamais! Besoin de preuves? Voici cinq statistiques qui devraient vous convaincre.

1. Au Québec, pendant l’année 2013 seulement, on a répertorié 14 millions d’ordonnances pour des antidépresseurs. (Association canadienne pour la santé mentale)

2. Un Canadien sur 5 souffre, au moment où vous lisez ce texte, d’un problème de santé mentale. De ce nombre, 21,4 % est activement au travail. (Commission de la santé mentale du Canada)

3. Parmi l’ensemble des indemnisations versées par les compagnies d’assurances, 30 % portent sur des problèmes de santé mentale. (Commission de la santé mentale du Canada)

4. Les problèmes de santé mentale représentent à l’échelle de la population canadienne un coût annuel de 50 milliards de dollars. (Commission de la santé mentale du Canada)

5. Si rien n’est fait, les coûts annuels engendrés par les problèmes de santé mentale en milieu de travail atteindront 16 milliards de dollars au Canada d’ici 2041. (Commission de la santé mentale du Canada)

J’ajouterais qu’avec la transformation du marché du travail, passant d’un marché de production à un marché de service, les problèmes de santé mentale vont probablement croître au cours des prochaines années. En effet, il y a 20 ou 30 ans, les gens travaillaient principalement avec leurs bras; aujourd’hui, c’est très souvent avec leur tête.

Convaincu?

Passez à l’action : communication et ouverture

C’est bien beau d’être convaincu, mais encore faut-il savoir quoi faire. Comme le dit le proverbe, mieux vaut prévenir que guérir. À ce titre, tant les employeurs que les travailleurs ont un rôle à jouer. Plusieurs éléments peuvent être mis en place, allant d’un programme d’aide aux employés (PAE) à l’encouragement à prendre des pauses de quelques minutes tous les jours. Je pourrais vous donner une longue liste d’éléments à mettre en place au sein de votre entreprise. Toutefois, cela viendrait évacuer l’essentiel : communiquer.

En effet, la communication et l’ouverture sont sans contredit les éléments essentiels au sein des entreprises. Dans un sondage commandé par l’Ordre à la firme de sondage CROP en 2012, près de 40 % des répondants affirmaient que la question de la santé mentale était un tabou au sein de leur entreprise. Il y a fort à parier que cette statistique est encore valable deux ans plus tard. Pourtant, les problèmes de santé mentale sont présents autour de chacun de nous. Que ce soit au travail, à la maison, dans notre famille élargie ou notre cercle d’amis.

Pourquoi alors avoir autant peur d’en parler? La peur du jugement et de passer pour un faible ou un paresseux est sans doute une partie de la réponse. Dans ce contexte, les gestionnaires doivent donc mettre en place un climat de dialogue et de confiance au sein de leur équipe de travail afin que les travailleurs n’hésitent pas à lever le drapeau lorsqu’ils ont l’impression de manquer de souffle ou lorsqu’une situation, au travail ou dans la vie personnelle, les préoccupe grandement. Le gestionnaire doit aussi agir comme un dépisteur des situations qui ont un potentiel de devenir critiques. Vous devez garder l’œil ouvert! Surtout, vous ne devez pas hésiter à agir de manière proactive et à rencontrer les travailleurs qui semblent dépassés par les événements.

Sachez qu’il est bien plus « payant » pour l’entreprise de réorganiser temporairement le travail ou d’offrir un jour ou deux de repos à un employé que de le perdre pour une période de trois, six ou douze mois. Votre employé – et sa santé – vous en sera reconnaissant!

***

Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Administrateur de société certifié, monsieur Francoeur siège au conseil d’administration de la Commission des normes du travail et de la Commission des partenaires du marché du travail. Il est également vice-président de la Commission de la fonction publique de la ville de Montréal. Il préside les comités de gouvernance du Conseil interprofessionnel du Québec, l’organisme qui représente les 46 ordres professionnels québécois, et de la Commission des normes du travail. Il siège aussi au comité consultatif de deux sociétés privées.

À propos de ce blogue

Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Sous sa direction, l’Ordre est passé de 800 à plus de 11 000 membres et a notamment obtenu le Grand Prix québécois de la qualité en 2005 et en 2008. Monsieur Francoeur a donné, au fil des années, des centaines de conférences et d’entrevues mettant en valeur les bonnes pratiques de gestion du personnel et de relations du travail dans les organisations.

Florent Francoeur

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.