L'année 2013 dans le monde du travail : mouvementée

Publié le 20/01/2014 à 10:09, mis à jour le 21/01/2014 à 10:57

L'année 2013 dans le monde du travail : mouvementée

Publié le 20/01/2014 à 10:09, mis à jour le 21/01/2014 à 10:57

On peut dire que l’année 2013 nous en a fait voir de toutes les couleurs sur le plan du travail. Voici quelques événements qui ont, selon moi, marqué les douze derniers mois.

Tops

La fonction publique québécoise poursuit sur la voie de la modernisation. Par l’entremise du projet de loi n° 41, adopté à l’unanimité à l’Assemblée nationale, l’État québécois se dote d’un processus qui simplifiera l’accès aux postes de la fonction publique. La fonction publique québécoise représente un employeur important pour le Québec, avec plus de 867 000 travailleurs. Afin de demeurer un employeur compétitif, il devenait pressant d’insuffler une plus grande flexibilité au processus d’embauche.

2013 a aussi été une année charnière pour le monde syndical, plus particulièrement au sein du secteur du commerce de détail. En effet, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) a conclu en octobre dernier une entente de convention collective pour les six dépanneurs de la bannière Couche-Tard qui sont syndiqués. C’est une première en Amérique du Nord au dire du président de la CSN, monsieur Jacques Lamoureux. Cette entente ajoute un chapitre heureux à une saga qui a débuté en 2011, alors que Couche-Tard avait fermé deux dépanneurs qui étaient en plein processus de syndicalisation.

Coup de cœur 2013!

Que l’on soit pour ou contre la réforme de l’assurance-emploi, force est de constater que certaines entreprises tirent leur épingle du jeu. C’est entre autres le cas de Ski Saint-Bruno qui, pour une première fois en quatre ans, avait embauché tout son personnel au 30 octobre, soit près d’un mois avant le début de la saison du ski. Cela a été possible grâce à des ententes avec d’autres entreprises de la région qui sont en activité, elles aussi, sur une base saisonnière et grâce également au recrutement de travailleurs plus âgés. Bravo à monsieur Patrice Boire, CRHA, directeur des ressources humaines chez Ski Mont Saint-Bruno et à toute son équipe!

Flops

Au 31 décembre 2013, on comptait au Québec 76 conflits de travail, soit 20 de plus qu’à pareille date en 2012. La grève dans le secteur de la construction et le conflit impliquant les travailleurs de garage de l’industrie automobile du Saguenay/Lac-Saint-Jean expliquent en grande partie cette importante augmentation du nombre de conflits. À eux seuls, ils représentent 40 conflits qui totalisent 677 584 jours par personne perdus, soit près de 70 % des jours par personne perdus de 2013.

Thème récurrent depuis quelques années, la question de la retraite et de la situation des régimes de retraite dans les secteurs privé et public a été plus que jamais à l’ordre du jour, cette année. On avait fondé beaucoup d’espoir sur le dépôt du Rapport D’Amours au printemps dernier. Les résultats sont plutôt mitigés. Malgré l’adoption à l'Assemblée nationale du projet de loi mettant en place le régime volontaire d’épargne retraite (RVER) et le plan d’action proposé par la ministre Agrès Maltais pour redresser la situation des régimes de retraite à prestations déterminées des secteurs publics et privés, la question est loin d’être réglée. Il ne faut pas oublier que 48 % des travailleurs du Québec n’ont aucun régime de retraite collectif et que 30 % des travailleurs n’ont aucune épargne en prévision de leur retraite. Tous les partenaires du monde du travail doivent redoubler d’efforts afin que tous les travailleurs du Québec aient accès à une retraite décente.

Le secteur manufacturier du Québec n’est pas non plus en parfaite santé. Plusieurs entreprises de ce secteur ont fermé leurs portes au cours des dernières années. À Électrolux et Mabe s’est notamment ajoutée l’entreprise Old Dutch en 2013. Le transfert d’entreprises manufacturières est encore un facteur qui doit être surveillé par les acteurs du monde du travail. Plusieurs experts prédisent que les grandes entreprises manufacturières américaines déménageront leurs activités du Québec vers les États-Unis au cours des prochaines années. Cette tendance sera à surveiller en 2014!

***

À propos de Florent Francoeur

Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Sous sa direction, l’Ordre est passé de 800 à plus de 11 000 membres et a notamment obtenu le Grand Prix québécois de la qualité en 2005 et en 2008. Administrateur de société certifié, monsieur Francoeur siège au conseil d’administration de la Commission des normes du travail et de la Commission des partenaires du marché du travail. Il est également vice-président de la Commission de la fonction publique de la ville de Montréal. De plus, il a été le premier Canadien à présider la World Federation of Personnel Management Associations (WFPMA), de 2006 à 2008.

Il préside les comités de gouvernance du Conseil interprofessionnel du Québec, l’organisme qui représente les 46 ordres professionnels québécois, et de la Commission des normes du travail. Il siège aussi au comité consultatif de deux sociétés privées.

 

À propos de ce blogue

Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Sous sa direction, l’Ordre est passé de 800 à plus de 11 000 membres et a notamment obtenu le Grand Prix québécois de la qualité en 2005 et en 2008. Monsieur Francoeur a donné, au fil des années, des centaines de conférences et d’entrevues mettant en valeur les bonnes pratiques de gestion du personnel et de relations du travail dans les organisations.

Florent Francoeur

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.