Recherche de financement : les secrets d'un entrepreneur en série

Publié le 13/12/2018 à 17:27

Recherche de financement : les secrets d'un entrepreneur en série

Publié le 13/12/2018 à 17:27

Quelque 130 millions de dollars canadiens. C’est ce qu’a permis d’amasser la ronde de financement de LeddarTech il y a un an. Un coup de maître qui n’était pas le premier de Charles Boulanger, chef de la direction de l’entreprise conceptrice de la technologie de détection LiDAR pour la conduite autonome. Entrepreneur en série, M. Boulanger a recueilli plus de 500 M$ de financement pendant sa carrière. L’art de réussir des montages financiers complexes sera justement à l’ordre du jour de la conférence Financement PME, qui sera présentée par les Événements Les Affaires le 30 janvier à Montréal.

Quel conseil donnez-vous aux entrepreneurs en recherche de financement ?

Charles Boulanger : Présenter aux investisseurs un film de leur entreprise plutôt qu’une photo. Une photo, c’est statique, tandis qu’un film montre l’évolution d’une situation. Concrètement, cela veut dire de commencer à rencontrer des investisseurs 12 à 24 mois avant d’être en recherche active de financement. Présentez-leur votre entreprise, ce que vous faites, qui vous êtes. Retournez les voir un peu plus tard pour leur parler de ce que vous avez fait, de ce qui a marché, de ce qui a moins bien marché. L’idée, c’est de permettre aux investisseurs de voir votre entreprise évoluer. Il faut leur donner un peu de recul. Quand vous solliciterez du financement, ils auront une meilleure compréhension de votre entreprise. Pour eux, cela diminue le niveau de risque.

Y a-t-il d’autres avantages de s’y prendre à l’avance ?

C.B. : Cela permet de vous servir de la rétroaction des investisseurs pour vous améliorer. Ces gens-là ont une lecture du marché. Ils peuvent vous challenger sur certains aspects. Et comme vous ne cherchez pas encore activement du financement, vous avez du temps pour vous ajuster.

Quelle erreur courante font les entrepreneurs qui cherchent du financement ?

C.B. : Plusieurs pensent qu’un bon produit suffit pour obtenir du financement. Mais un bon produit ne fait pas nécessairement une bonne entreprise. L’investisseur ne cherche pas la même chose qu’un client. Il faut bâtir un modèle d’affaires qui permet d’atteindre des jalons. C’est important de se faire accompagner. Se doter d’un conseil d’administration qui va apporter de l’expertise, demander des comptes et instaurer une bonne gouvernance est une bonne chose. Dans le domaine technologique, la qualité la plus importante, c’est la capacité à obtenir du financement. Si on n’y arrive pas, on va mourir. Même si on a la meilleure technologie.

Vous suggérez aussi de se faire accompagner par un conseiller en recherche de financement ?

C.B. : Quand on veut aller chercher un montant substantiel, oui. En plus de connaître plusieurs investisseurs, ces personnes nous aident à bâtir notre stratégie, à travailler nos présentations et nos projections financières. Elles nous challengent sur notre modèle d’affaires, notre position sur le marché. C’est une préparation très importante, car une fois que ta management presentation est lancée, les jeux sont faits. Pour le financement de 130 M$, j’ai choisi un conseiller qui avait des relations dans l’industrie automobile et non seulement dans le milieu financier, car je savais que j’aurais des investisseurs stratégiques.

Financement PME

Qui sont ces investisseurs stratégiques ?

C.B. : Ce sont des entreprises du domaine automobile qui veulent utiliser notre technologie. Ce type d’investisseurs apportent de la valeur à l’entreprise, car ils font des projets avec nous, ils nous amènent plus loin. Dans notre cas, nous en avons quatre, et ils vont tous développer des produits basés sur notre technologie. Comme ils sont tous plus ou moins concurrents, il a fallu s’assurer qu’il n’y ait pas de chevauchements entre leurs projets.

Prévoyez-vous d’autres rondes de financement ?

C.B. : On en a fait une de 30 M$ cet été. Il s’agit d’un crédit rotatif de Desjardins et d’une débenture convertible avec les actionnaires existants. Et en janvier, on retourne au marché. On cherche un financement de 100 M$ US.

À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Chaque semaine, nous discutons avec certains des gestionnaires qui ont accepté d’être conférenciers à nos événements, afin de vous présenter des idées concrètes pour vous aider dans votre réflexion et répondre à vos préoccupations d'affaires.

Sur le même sujet

À la une: mentorat, parrainage et coaching

Édition du 20 Juillet 2019 | Les Affaires

Conscientes de leur popularité auprès des employés, les entreprises multiplient les programmes de jumelage.

À la une: certifié Québec

Édition du 15 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, la naissance divers programmes de promotion d'achat local, comme la certification «Bien fait ici».