Quel est le lien entre la minière IOC, des poissons et le ski de fond?

Publié le 17/08/2017 à 15:45

Quel est le lien entre la minière IOC, des poissons et le ski de fond?

Publié le 17/08/2017 à 15:45

La minière Rio Tinto IOC a lancé cet été les travaux de préparation de son projet d’exploitation de la fosse Wabush 3 à Labrador City. Et cela implique de prendre des mesures pour minimiser son impact sur le territoire. C’est ainsi qu’elle déménagera des poissons et qu’elle aménagera de nouveaux sentiers de ski de fond.

Réalisé au coût de 79 millions de dollars, le projet Wabush 3 permettra à IOC de faire passer sa production annuelle de fer de 18 à 23 millions de tonnes. La nouvelle fosse est située à proximité d’une fosse existante appartenant déjà à IOC. Elle est aussi un peu plus près des zones habitées.

« Nous exercerons nos opérations en adoptant des mesures additionnelles pour assurer la sécurité des citoyens et préserver leur utilisation récréative du territoire », souligne Thierry Martel, chef des opérations de l’entreprise.

Affiches, messages à la radio, panneaux électroniques… Plusieurs moyens de communication seront utilisés pour informer la population sur les jours de dynamitage. L’entreprise aménagera une partie des sentiers de ski de fond du club Menihek Nordic pour remplacer ceux qui seront fermés. Elle dotera aussi le centre de ski Smokey Mountain d’un nouveau remonte-pente. « L’installation actuelle est désuète et nous voulons atténuer les risques du dynamitage aux alentours du projet Wabush 3, indique M. Martel. Aussi bien en installer une neuve. » IOC procèdera de plus à une compensation des habitats des poissons qui vivent dans deux étangs près de la fosse.

Thierry Martel présentera le projet Wabush 3 lors de la 12e édition de la conférence Objectif Nord des Événements Les Affaires, le 26 septembre prochain à Montréal.

Réduire les coûts d’exploitation

IOC a déjà une mine en activité à Labrador City depuis 1962, ce qui rend le projet Wabush 3 d’autant plus avantageux. Il lui permettra en effet de maximiser l’utilisation de ses infrastructures existantes et donc, de réduire ses coûts d’exploitation par tonne produite.

Autre avantage : le minerai de fer de Wabush 3 est à la surface, donc accessible plus facilement. « Pendant les cinq premières années d’exploitation, on obtiendra deux tonnes de minerai pour une tonne de roche », précise Thierry Martel.

Sans compter que le minerai de fer du Labrador contient peu de contaminants, ce qui favorise une qualité plus constante. « Pour cette raison, tout indique que la demande pour notre minerai va se maintenir », dit M. Martel.

IOC fabrique du concentré de fer et des boulettes de fer, deux produits utilisés dans la fabrication de l’acier. Elle écoule sa production en Europe, en Chine, au Japon et au Moyen-Orient.

L’entreprise de 2400 employés prévoit extraire les premières tonnes du projet Wabush 3 au second semestre de 2018. D’ici là, des sous-traitants effectuent le déboisement et le forage du site qui se trouve actuellement à l’état sauvage. Ils construiront aussi des infrastructures pour la gestion des eaux de surface, des installations électriques et des chemins d’accès. Les sous-traitants auront environ 70 employés dédiés à la construction du projet.