Olymel : recruter en masse, du local à l’international

Publié le 02/04/2019 à 10:56

Olymel : recruter en masse, du local à l’international

Publié le 02/04/2019 à 10:56

BALADO. En pleine croissance, Olymel anticipe la vague importante de départs à la retraite. Face à cet enjeu de recrutement de masse, l’entreprise explore les bassins de main-d’œuvre locaux et régionaux ainsi qu’internationaux. Parmi ses 12 000 employés, dont 10 000 au Québec, Olymel compte 700 employés issus de l’immigration ayant des permis de travail. En recrutant plusieurs centaines de nouveaux employés par an, découvrez ce qu’ils ont appris pour faire de leur stratégie d’immigration une réussite.

  • L'importance de bâtir de bons partenariats avec différents intervenants ;
  • L'évaluation des besoins, choix des pays : par où commencer le recrutement à l’étranger ?
  • Comment favoriser la mobilisation et la fidélisation des nouveaux arrivants ?

Cette allocution est présentée par Isabelle Leblond, directrice corporative RH, soutien aux établissements de chez Olymel.

Ce balado a été enregistré lors de la conférence Pénurie de talents des Événements Les Affaires, qui a eu lieu le 13 mars 2019 à Montréal.

 

Bannière Excellence opérationnelle manufacturière - 18 février 2020

 


À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Chaque semaine, nous discutons avec certains des gestionnaires qui ont accepté d’être conférenciers à nos événements, afin de vous présenter des idées concrètes pour vous aider dans votre réflexion et répondre à vos préoccupations d'affaires.

Sur le même sujet

Plus d'un milliard de marchandises bloquées au Québec

17/02/2020 | François Normand

«Une grosse entreprise manufacturière canadienne devra bientôt ralentir ou fermer des chaînes de production.» - MEQ

Le déclin du secteur manufacturier toucherait davantage les hommes

La baisse du taux d'emplois chez les hommes des régions où le secteur manufacturier a décliné est la plus prononcée.